La défense de Dominique Strauss-Kahn n'a guère été mise à mal

le
0
LA DÉFENSE DE DOMINIQUE STRAUSS-KAHN N'A GUÈRE ÉTÉ MISE À MAL
LA DÉFENSE DE DOMINIQUE STRAUSS-KAHN N'A GUÈRE ÉTÉ MISE À MAL

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - L'audition de Dominique Strauss-Kahn s'est achevée jeudi devant le tribunal correctionnel de Lille sans que la ligne de défense de l'ancien directeur du Fonds monétaire international, qui dément tout proxénétisme, soit véritablement mise à mal.

Soupçonné d'avoir été "l'instigateur" de rencontres avec des prostituées organisées entre 2008 et 2011 par ses amis à Lille, Paris, Bruxelles et Washington, "DSK" nie avoir été à l'origine des parties fines auxquelles il a participé et dit n'avoir jamais connu la qualité des participantes.

Les juges ont notamment retenu contre lui la mise à disposition d'un appartement à Paris et des échanges de SMS qui démontrent, selon l'accusation, qu'il a favorisé la mise en place d'un "système" visant à "satisfaire ses besoins sexuels".

"Ça n'a pas de sens", a déclaré jeudi Dominique Strauss-Kahn, qui est apparu très serein au dernier jour de son audition, alors que le président passait au crible les quelque 37 SMS versés au dossier.

"Je ne sollicitais rien", a-t-il ajouté, reconnaissant simplement avoir "calé des dates" avec son ami Fabrice Paszkowski, organisateur présumé de ces rencontres.

Quant aux termes qu'il a pu employer - il parle de "matériel" pour désigner des "filles"-, c'est un "vocabulaire de corps de garde", reconnaît l'ancien patron du FMI.

Mais le mot "matériel" n'est employé qu'une fois, ajoute-t-il, soulignant que, dans des SMS, "on se lâche facilement".

Un autre terme "malheureux", celui de "commerce sexuel", apparaît dans le dossier, lui indique alors le président.

Je l'entendais dans "l'acception ancienne du terme", lui répond Dominique Strauss-Kahn, admettant un choix "malvenu".

"D'UNE SIMPLICITÉ BIBLIQUE"

L'ancien ministre de l'Economie assure avoir toujours été "invité" à ces soirées par Fabrice Paszkowski, qui lui aurait caché le statut des femmes "pour lui faire plaisir", lui qui a "horreur" des relations tarifées, tout en reconnaissant une sexualité plus "rude" que la moyenne.

Fabrice Paszkowski et David Roquet, un autre organisateur des parties fines, ont eux aussi affirmé que Dominique Strauss-Kahn ignorait la présence de prostituées.

DSK a balayé jeudi l'acte "matériel" de proxénétisme qui lui est reproché, avec l'appartement de Paris dont il était le locataire de fait, via un montage juridique.

Pourquoi avoir dissimulé qu'il en était le locataire ? lui a demandé le président.

"Je suis un homme politique marié, j'ai donc besoin de recevoir de manière discrète des personnalités politiques, mais aussi, disons-le, pour des rencontres personnelles", a-t-il expliqué. "Je ne veux pas que ça se sache et donc je le fais louer par un copain, c'est aussi simple que ça."

"Tout ça est d'une simplicité je dirais biblique, si ça n'avait pas un double sens."

Alors pourquoi avoir menti aux enquêteurs quand ils lui ont demandé s'il occupait effectivement ce lieu, l'interroge l'avocat d'une partie civile ? "Au risque de vous surprendre, maître, parce que je suis toujours marié à ce moment-là."

Le tribunal examinera désormais le volet financier de cette affaire, avant les plaidoiries des parties civiles, lundi, et les réquisitions du parquet, mardi.

Dominique Strauss-Kahn, qui encourt jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende pour proxénétisme aggravé, devrait revenir assister aux débats à partir de lundi. Le ministère public avait requis un non-lieu à son endroit.

Quatorze personnes sont poursuivies dans ce dossier qui a démarré autour de suspicions de proxénétisme dans plusieurs établissements lillois, dont l'hôtel Carlton.

"Je pense que la société française a ouvert les yeux (sur la prostitution) et qu'il y aura un avant et un après ce procès", a estimé jeudi Me Emmanuel Daoud, conseil d'une partie civile.

Le jugement devrait être mis en délibéré à la fin de la semaine prochaine.

(édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant