La couverture "catastrophe naturelle" va-t-elle augmenter ?

le
0

Si la fréquence des catastrophes naturelles augmente, les cotisations pour couvrir ce type de risques augmenteront en conséquence. Selon le principe de l'assurance qui veut que les compagnies répercutent le coût de leurs sinistres sur les cotisations payées par les assurés.

L'augmentation des catastrophes naturelles

Vous avez peut-être l'impression que les catastrophes naturelles s’enchaînent depuis une dizaine d'années, et que la France est de plus en plus souvent touchée par ces phénomènes exceptionnels. Malheureusement, il est difficile de faire un bilan fiable en la matière. Par définition, les statistiques sont mal adaptées pour l'étude des catastrophes naturelles, qui restent des phénomènes épisodiques rares.
Si l'on prend un peu de recul et si l'on élargit le spectre aux pays de l'Europe de l'Ouest, on constate néanmoins que de nombreuses tempêtes se sont succédé depuis 10 ans :
  • Erwin en 2005 sur tout le nord de l'Europe :
  • Kyrill en 2007 aux Pays-Bas et en Allemagne ;
  • Klaus et Quinten en France en 2009 ;
  • Xyntia en 2010, à nouveau en France.
Il est difficile de dégager une tendance de ces observations. Mais le constat est qu'à chaque passage de tempête, les dommages causés sont de plus en plus importants. En 2010, la tempête Xyntia a généré plus d'1,5 milliard d'euros de sinistres, que les compagnies d'assurance ont dû rembourser aux assurés. L'impact financier des catastrophes naturelles augmente considérablement avec le temps.
Cette inflation doit être répercutée par les assureurs qui indemnisent les victimes de ces phénomènes naturels.

Une couverture « catastrophe naturelle » de plus en plus chère

La Fédération Françaises des sociétés d’assurance – FFSA – a annoncé que sur les 20 prochaines années, les montants remboursés aux assurés suite à des catastrophes naturelles devraient doubler. En 20 ans, les inondations, sécheresses, tempêtes et autres phénomènes naturels ont causé plus de 30 milliards d'euros de sinistres pris en charge par les compagnies d'assurance, en France. La FFSA base ses prévisions sur un total de 60 milliards d'euros à rembourser sur les 20 prochaines années.
En conséquence, les assureurs adaptent les cotisations. Les primes pour se couvrir contre les catastrophes naturelles augmentent, et la tendance devrait se poursuivre.

Trucs & Astuces

Vos contrats d'assurance habitation et d'assurance automobile sont les premiers concernés par cette hausse des primes pour couvrir les catastrophes naturelles. Ce taux est fixé par l'Etat. Il est de l'ordre de 12% du montant des cotisations. Il est le même pour tous les assurés, quelle que soit leur région ou leur situation.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant