La CGT va permettre aux accords de la SNCF d'entrer en vigueur

le
0
LA CGT CHOISIT DE NE PAS EXERCER SON DROIT D'OPPOSITION CONTRE LES ACCORDS D'ENTREPRISE À LA SNCF
LA CGT CHOISIT DE NE PAS EXERCER SON DROIT D'OPPOSITION CONTRE LES ACCORDS D'ENTREPRISE À LA SNCF

PARIS (Reuters) - La CGT-cheminots a annoncé jeudi qu'elle n'exercerait pas son droit d'opposition contre les accords d'entreprise et de branche sur un nouveau cadre social pour la SNCF et le secteur ferroviaire, qui pourront donc entrer en vigueur.

La CGT-cheminots et Sud-Rail avaient fait des négociations sur ces accords un élément de leur bras de fer avec le gouvernement contre le projet de loi Travail.

Ces deux organisations ont refusé de signer ces accords conclus par les deux autres syndicats de la SNCF, l'Unsa et la CFDT. Mais seul Sud-Rail a décidé de s'y opposer, ce qui ne suffit pas à empêcher leur mise en oeuvre.

S'opposer à la convention collective nationale de branche et à l'accord d'entreprise serait prendre le risque de pénaliser les cheminots et de "remettre en cause le fruit de (leur) mobilisation", explique la CGT-cheminots dans un communiqué.

"La fédération CGT des cheminots a donc de nouveau consulté ses instances et celles-ci ont décidé de ne pas exercer leur droit d'opposition", ajoute-t-elle, précisant que la "stratégie de la terre brûlée" n'est pas sa "conception du syndicalisme".

Les 23 jours de grève à la SNCF ont coûté au moins 250 millions d'euros à l'entreprise publique, a déclaré mercredi son président, Guillaume Pepy.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant