La Bretagne, une région dynamique où l'immobilier est bon marché

le
2

INFOGRAPHIE - Chaque semaine, le Figaro Immobilier vous présente avec le Crédit Foncier le portrait immobilier d’une région. Cette semaine, focus sur la Bretagne, au bord de l’océan Atlantique.

La belle Bretagne et ses 2700 kilomètres de façade maritime regroupe pas moins de 3,2 millions d’habitants, notamment installés dans la métropole rennaise - dont l’aire urbaine compte 680.000 habitants soit 21% de la population régionale - ainsi qu’à Brest. La région, qui a connu une croissance économique prospère et supérieure à la moyenne nationale de l’après-guerre au début des années 2000 a vu cette prospérité se dégrader lentement depuis 2007... Construction, industrie automobile... Plusieurs secteurs sont touchés.

C’est néanmoins une région attractive, qui gagne en moyenne 25.000 habitants par an, et où l’emploi se porte bien! La Bretagne a le taux de chômage régional le plus faible, à 8,8%, à égalité avec l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et les Pays de la Loire. La part de l’emploi industriel, agricole et de la construction s’élève à 25% contre 21% au niveau national. Hormis Rennes et Brest, la population est en effet concentrée dans un réseau de villes moyennes situées sur le littoral: Vannes, Lorient, Quimper, Saint-Brieuc, Saint-Malo.

Plus de 67% de propriétaire bretons

La Bretagne est une région de propriétaires. Si la France en compte 59%, la région recense plus de 67% de propriétaires pour seulement 33% de locataires. En tout, ce sont 1.792.000 logements qui sont disséminés à travers la Bretagne, soit 5% du parc de logements français. En 2014, on recense près de 18.000 logements dont la construction a été autorisée et 16.000 dont la mise en chantier a déjà commencé.... Quels types de biens composent le parc de logements breton? Les trois quarts des logements sont des maisons individuelles (72%), un chiffre très largement supérieur à la moyenne française.

Quant aux prix de l’immobilier breton, ils sont nettement inférieurs à ce que l’on observe dans l’ensemble du pays. Pour s’acheter un bien sur le marché de l’ancien, il faudra payer 2095 euros le mètre carré, contre 2797 euros en moyenne en France. La baisse - moins significative - est également observable dans le neuf: un mètre carré breton se paie 3211 euros, contre 3655 euros pour l’ensemble du pays.

Dans cette région à l’extrémité ouest de la France bordée par l’océan Atlantique, la proportion de résidences principales s’élève à 80%, un taux à peine inférieur à la moyenne nationale, égale à 83%. Le pourcentage de résidences secondaires et de logements occasionnels est de 13%, contre 10% pour la moyenne française.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6718965 le mercredi 5 aout 2015 à 20:04

    Personnellement, j ai trouvé de belles maisons moins chères dans le Finistère sud: la Riviera bretonne

  • faites_c le mercredi 5 aout 2015 à 19:07

    Je ne sais pas où vous avez été acheté vos biens immobiliers mais surement pas là où j'irais acheter le mien si je souhaitais investir dans l'immobilier! A titre d'exemple la moindre maison de 100 m2 à Vannes coute au minimum 300 000 € ce qui est très au-dessus des tarifs de 2095 €/m2 qui sont annoncés