La Banque de Grèce prédit aux banques un mardi "difficile"

le
0
LA BANQUE DE GRÈCE MET EN GARDE LES BANQUES SUR UN MARDI DIFFICILE
LA BANQUE DE GRÈCE MET EN GARDE LES BANQUES SUR UN MARDI DIFFICILE

ATHÈNES (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de Grèce, Yannis Stournaras, a prévenu les banquiers du pays la semaine dernière qu'ils risquaient de vivre un jour "difficile", mardi, si Athènes ne trouve pas d'accord avec ses créanciers lundi soir, ont dit dimanche deux banquiers à Reuters.

Yannis Stournaras a réuni vendredi les principaux banquiers du pays pour évoquer les nouvelles difficultés que traverse le secteur bancaire grec après les retraits massifs de liquidités la semaine dernière.

Si Yannis Stournaras n'a pas parlé d'un éventuel contrôle des capitaux qui pourrait être imposé aux banques grecques, qui dépendent du soutien de la Banque centrale européenne, il n'a pas caché que la situation pourrait devenir très délicate.

"S'il n'y a pas d'accord, mardi sera un jour difficile et des décisions devront être prises, nous a-t-on dit", a dit l'un des banquiers.

Les banquiers ont également réfléchi à la manière de continuer de fournir du liquide aux clients.

"Nous avons discuté des questions techniques liées aux distributeurs automatiques de billets. Les approvisionner constitue un véritable défi logistique", a-t-il dit.

La BCE a relevé la semaine dernière de 1,8 milliard d'euros le plafond des liquidités d'urgence (ELA) que les banques grecques peuvent emprunter à leur banque centrale, mais cela pourrait s'avérer insuffisant d'ici quelques jours.

"La situation est difficile", a dit l'autre banquier. "S'il n'y a pas d'accord lundi, Dieu seul sait à quoi mardi ressemblera. La BCE elle-même n'a aucune certitude sur la tournure que prendront les événements."

Un porte-parole de la Banque e Grèce a confirmé l'organisation de la réunion, mais il a refusé de s'exprimer sur le contenu des discussions.

Les retraits aux guichets des banques grecques ont atteint environ 4,2 milliards d'euros depuis le blocage des discussions le week-end dernier, dont 1,2 milliard pour la seule journée de vendredi, selon des sources du secteur.

Un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro est programmé lundi soir à Bruxelles, précédé d'une nouvelle réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe à la mi-journée, pour tenter de trouver une issue à la crise de la dette grecque.

Le compte à rebours est enclenché: la Grèce doit rembourser 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin. Si elle ne parvient pas à s'entendre d'ici là avec ses créanciers sur un accord "argent frais contre réformes", elle sera incapable de procéder à ce remboursement et se retrouvera en défaut de paiement, une situation inédite pour un pays de la zone euro et qui pourrait aboutir à un "Grexit".

(George Georgiopoulos,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant