L'usine Goodyear d'Amiens ne sera pas reprise

le
6
L'USINE GOODYEAR D'AMIENS NE SERA PAS REPRISE
L'USINE GOODYEAR D'AMIENS NE SERA PAS REPRISE

LILLE (Reuters) - Les négociations pour la reprise de l'usine de pneus Goodyear d'Amiens-Nord se sont achevées sans qu'un repreneur ait été trouvé, annonce vendredi le directeur des ressources humaines de Goodyear.

Le site a fermé en janvier, occasionnant la suppression de 1.143 postes et une majorité d'anciens salariés n'ont pas encore été reclassés.

"Je peux affirmer aujourd'hui que toute discussion avec un repreneur potentiel, y compris Titan, est terminée", dit Jean-Philippe Cavaillé, DRH de Goodyear, dans une interview au Courrier Picard.

"Nous avions trois objectifs : s'assurer que l'usine puisse être rouverte, que des emplois soient garantis, qu'une activité pérenne puisse se développer dans des conditions économiques raisonnables pour toutes les parties", ajoute-t-il.

"Nous n'avons pas réussi à trouver un terrain d'entente avec Titan et pouvons donc affirmer définitivement qu'il n'y aura pas de reprise du site", dit-il encore, confirmant que Goodyear avait repris contact avec l'américain Titan après l'échec des négociations menées en début d'année.

Le DRH assure que Goodyear est désormais concentré sur le reclassement des anciens salariés. Selon la direction, 85 personnes ont retrouvé un emploi, 40 ont créé une entreprise, 89 ont pris leur retraite et 250 sont en formation de reconversion.

Fin septembre, environ 400 personnes avaient manifesté à l'entrée de la zone industrielle Nord d'Amiens, à l'appel de la CGT, pour dénoncer l'absence de reclassement des ex-salariés.

(Pierre Savary, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 28 nov 2014 à 18:17

    3-Ils fonctionnent en tout cas très bien indépendamment de leur manque de représentativité. Inutile de grandir pour s'enrichir ! À l'extrême, ils n'auraient guère besoin d'adhérents. Premier syndicat français, la CGT en compte 670. 000. Très loin des 2, 4 millions d'IG Metall, le syndicat allemand des «métallos». Nos syndicats touchent 4 milliards par an de la collectivité pour 8 % de syndiqués. Subventions à gogo, permanents par milliers, gabegie...

  • mlaure13 le vendredi 28 nov 2014 à 18:17

    2-L’UIMM dispose d'un tré-sor de guerre de près de 505 millions d'euros, selon le rapport. François Chérèque, à la tête de la CFDT, avoue avoir du mal à cacher ses éco-nomies de plus de 350 millions d'euros, dont 34, 7 millions de « trésorerie disponible ». Celle de la CGT est de 42 millions d'euros. Les fruits d'une «gestion de père de famille» ont expliqué, sans rire, plusieurs responsables syndicaux... Des rentiers, les syndicats français ?

  • lsleleu le vendredi 28 nov 2014 à 12:27

    J'ai une vague impression que la CGT locale n'y est pas pour rien. Mais avec un peu de chance le responsables de ce marasme va peut être arriver à se faire élire député Européen ... voyez à qui je fais allusion ...

  • frenchto le vendredi 28 nov 2014 à 10:11

    C'est triste. Pour le cas de cette usine, c'est la CGT qui est fautive à 100% mais pour les salariés c'est vraiment triste

  • jt451 le vendredi 28 nov 2014 à 09:25

    Il y a suffisamment de marchands de pneus "gomme très tendre" sur le marché.Pourquoi ne peut-on pas choisir ses pneus en commandant sa voiture ???

  • zzzle le vendredi 28 nov 2014 à 09:23

    Cela vous étonne! Combien de dettes /an cela va faire en plus !!! Que fait le Ministre du redressement productif et le gouvernement....!Affligeant et honteux!!!