L'UE honore Jacques Delors, figure de la construction européenne

le
1
JACQUES DELORS NOMMÉ CITOYEN D'HONNEUR DE L'EUROPE
JACQUES DELORS NOMMÉ CITOYEN D'HONNEUR DE L'EUROPE

BRUXELLES (Reuters) - Accusés d'égoïsme pour leur incapacité à juguler la crise grecque ou accueillir des réfugiés qui meurent en Méditerranée, les dirigeants de l'Union européenne ont décidé vendredi d'honorer Jacques Delors, champion d'une union "sans cesse plus étroite".

Architecte de la monnaie unique et président de la Commission européenne de 1985 à 1995, l'homme d'Etat français a longtemps été la bête noire des eurosceptiques, et plus particulièrement des Britanniques, en raison de son fédéralisme militant et de son attachement à la démocratie sociale.

Le président actuel de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a rendu hommage à cette figure de la construction européenne, nommé citoyen d'honneur de l'Europe, un titre qu'il partage dorénavant avec Jean Monnet et l'ancien chancelier allemand Helmut Kohl.

"C'est un modèle pour moi", a dit lors d'une conférence de presse ce vétéran de la politique européenne, entré en 1984 au gouvernement luxembourgeois.

"J'ai constaté en regardant autour de moi (...) que j'étais en fait le seul qui a travaillé avec lui", a plaisanté l'ancien Premier ministre, saluant "un ami personnel" qui fêtera ses 90 ans cette année.

Comme Jacques Delors, Jean-Claude Juncker est confronté à l'hostilité de nombreux gouvernements.

Il a par exemple échoué ces derniers mois à faire adopter le principe de quotas obligatoires par pays pour accueillir les réfugiés arrivés en Italie et en Grèce.

La distinction accordée à Jacques Delors intervient ironiquement durant un sommet où le Premier ministre britannique a lancé les négociations pour desserrer les contraintes européennes avant d'organiser, d'ici la fin 2017, un référendum sur son maintien dans le bloc européen.

"C’est presque un paradoxe [que ce soit] à l’occasion d’un Conseil européen où trop d'égoïsmes nationaux se sont manifestés – migration, situation de la Grèce, demande de 'Brexit', gouvernance économique – que Jacques Delors est nommé citoyen d'honneur de l'Europe", a réagi dans un communiqué la délégation socialiste française au Parlement européen.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • odnaz le vendredi 26 juin 2015 à 18:13

    Ah oui ....! ... c'est bien le jour pour honorer Jacques Delors, quand on voit où en est l'UE et le bonheur promis aux peuples d'europe. Les idéologues n'ont aucune pudeur, la queue du Marsupilami leur sort des oreilles et des narines mais ils ne veulent pas la voir. Plutôt mourir de faim que de reconnaître que la grande et belle idée n'était peut-être pas aussi bonne que ça. La revanche des peuples n'en sera que plus cruelle.