L'oncle d'Assad, opposant au régime syrien, mis en examen à Paris

le , mis à jour à 12:33
1
MISE EN EXAMEN EN FRANCE DE L'ONCLE DE BACHAR AL ASSAD
MISE EN EXAMEN EN FRANCE DE L'ONCLE DE BACHAR AL ASSAD

PARIS (Reuters) - L'oncle du dirigeant syrien Bachar al Assad, son opposant Rifaat al Assad, a été mis en examen le 9 juin dans une affaire de biens supposés "mal acquis" sur le territoire français, a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête.

Soupçonné d'avoir acquis tout ou partie de son patrimoine en France avec de l'argent amassé illégalement, il a été mis en examen pour blanchiment en bande organisée de fraude fiscale aggravée, blanchiment en bande organisée de détournement de fonds publics, recel de détournement de fonds publics et recours au travail dissimulé en bande organisé, a-t-on précisé.

Rifaat al Assad a été mis en examen à l'issue de son interrogatoire dans le bureau d'un juge financier, à Paris, et il a été placé sous contrôle judiciaire, a ajouté la source proche de l'enquête, confirmant une information de presse.

Il lui est interdit de quitter le territoire national, sauf pour se rendre à Londres pour raisons de santé, a-t-elle dit.

Joint par Reuters, son avocat a fait savoir qu'il n'entendait faire aucun commentaire. En 2013, son entourage avait assuré au Monde que l'origine de sa fortune n'avait rien à voir avec la Syrie.

Lors de son interrogatoire, Rifaat al Assad "n'a pas souhaité s'exprimer", indique dans un communiqué l'association Sherpa, à l'origine de l'enquête.

En 2013, elle avait déposé une plainte simple contre Rifaat al Assad. Puis le 4 février 2014, Sherpa a déposé une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, ce qui a mené à l'ouverture d'une information judiciaire en avril 2014, pour corruption, corruption d'agents publics étrangers et blanchiment, notamment.

Dans un communiqué publié mardi sur son site internet, l'association se félicite "de l'avancée des investigations judiciaires s'agissant de l'un des principaux anciens dignitaires du régime syrien".

"C'est la page syrienne de l'odyssée judiciaire des biens mal acquis qui connaît aujourd'hui une importante accélération", ajoute ce texte.

Plusieurs enquêtes visent des "biens mal acquis" en France par des chefs d'Etat africains ou leurs proches. Le parquet national financier (PNF) a ainsi requis en mai dernier le renvoi en correctionnelle pour blanchiment du fils aîné du président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang.

Rifaat al Assad, qui est un opposant déclaré au régime de Bachar al Assad, vit en exil depuis le milieu des années 1980. Un des hommes les plus redoutés de Syrie sous le régime d'Hafez al Assad, le père du président actuel, il est tombé en disgrâce après avoir tenté de prendre le pouvoir.

Il possède notamment un hôtel particulier avenue Foch, dans le XVIe arrondissement de Paris, et une quarantaine d'appartements situés dans deux immeubles, l'un avenue du président Kennedy, dans le XVIe, et l'autre quai André-Citroën, dans le XVe.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7034327 il y a 5 mois

    Sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire, sauf à Londres... Parce que l'Angleterre fait partie de la France peut-être? Il aura 2 flics sur ses talons même dans les chiottes quand il sera à Londres? allez, encore une farce des juges.