L'Indonésie rejette le dernier recours en grâce de Serge Atlaoui

le , mis à jour à 07:54
0
REJET DU RECOURS DE SERGE ATLAOUI CONTRE LA CONDAMNATION À MORT DE SERGE ATLAOUI
REJET DU RECOURS DE SERGE ATLAOUI CONTRE LA CONDAMNATION À MORT DE SERGE ATLAOUI

DJAKARTA (Reuters) - La justice indonésienne a rejeté lundi le dernier recours en grâce du Français Serge Atlaoui contre sa condamnation à mort pour trafic de stupéfiants.

Son avocate a toutefois promis de continuer à explorer toutes les voies juridiques pour sauver son client de la peine capitale.

"Nous sommes déçus par cette issue", a-t-elle déclaré à la presse devant la cour administrative de Djakarta. "Depuis le début, nous savons qu'il n'a rien fait de mal", a ajouté Nancy Yuliana Sunjoto.

Le parquet a cependant déclaré que ce recours en grâce était bien la dernière voie de recours à disposition du Français, même si aucune date n'a encore été fixée pour son exécution.

La cour sollicitée par l'avocate devait se prononcer sur le rejet de sa demande de grâce présidentielle.

Serge Atlaoui devait être exécuté fin avril en compagnie de huit autres condamnés à mort, dont sept ressortissants étrangers, mais un sursis lui avait été accordé in extremis.

Agé de 51 ans, Serge Atlaoui clame son innocence. Ce soudeur de formation était venu en Indonésie en 2005 pour un chantier. Il dit avoir ignoré que l'usine où il travaillait cachait un laboratoire de fabrication d'ecstasy.

"Il ne savait rien de ces composants chimiques. Il est un simple technicien spécialiste en soudure", a réaffirmé son avocate.

L'exécution des ressortissants étrangers, dont deux Australiens et un Brésilien, a suscité des condamnations internationales contre le président indonésien Joko Widodo et la politique radicale qu'il a mise en oeuvre contre le trafic de drogue à son arrivée au pouvoir, en octobre 2014.

Après cinq années de moratoire, les exécutions pour trafic de drogue ont repris en 2013 en Indonésie. Depuis le début de l'année, 14 condamnés ont été passés par les armes.

Présent lundi au tribunal, un représentant de l'ambassade de France n'a fait aucun commentaire sur la décision.

Les autorités françaises ont appelé à plusieurs reprises l'Indonésie à ne pas exécuter Serge Atlaoui. "Je lance un appel pour qu'il n'y ait pas cette exécution qui serait dommageable pour l'Indonésie, dommageable les relations que nous voulons avoir avec elle", a répété en avril François Hollande.

(Fergus Jensen et Kanupriya Kapoor; Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant