L'incendie dans l'Alberta pourrait encore doubler de surface

le
0
LE GIGANTESQUE INCENDIE DANS L'ALBERTA S'INTENSIFIE ENCORE
LE GIGANTESQUE INCENDIE DANS L'ALBERTA S'INTENSIFIE ENCORE

par Rod Nickel et Liz Hampton

GREGOIRE LAKE, Alberta (Reuters) - Le gigantesque incendie qui a provoqué l'évacuation de plusieurs dizaines de milliers de personnes dans la province de l'Alberta au Canada continuait de s'intensifier samedi en raison de températures élevées et d'un temps sec.

Selon le gouvernement provincial, au moins 156.000 hectares, près de 15 fois la surface de Paris, avaient brûlé samedi matin. D'après les dernières estimations, communiquées en début de soirée (20h00 locales, dimanche 04h00), le brasier, dont le front se déplace vers le nord-est, devrait couvrir 200.000 hectares samedi en fin de soirée.

Chad Morrison, chef des services d'incendie du gouvernement provincial, a dit que les pompiers s'attendaient à devoir combattre le feu pendant des mois dans les zones boisées si des pluies considérables ne s'abattent pas sur l'Alberta.

"Dans ces conditions, on nous explique que le feu pourrait doubler de surface aujourd'hui dans les zones forestières. Il pourrait même atteindre la frontière de la Saskatchewan (ndlr, à l'est de l'Alberta). Cet incendie n'est maîtrisé en aucun cas", a déclaré la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley.

Quelque 88.000 personnes, soit la totalité de la ville pétrolière de Fort McMurray, ont été évacuées en début de semaine par mesure de sécurité alors que les secours ne parviennent pas à contenir le sinistre. Quelque 25.000 d'entre eux, qui s'étaient réfugiés au nord de la ville, ont dû rebrousser chemin et partir vers le sud en convois terrestres ou par le pont aérien mis en place par les autorités.

Le feu, qui a pris dimanche dernier, a également conduit une dizaine de compagnies pétrolières à stopper l'exploitation du brut issu des sables bitumineux. Ces arrêts représentent près de la moitié de la production journalière canadienne, soit un million de barils par jour,

"C'est un incendie dangereux, imprévisible et vicieux qui se nourrit de la sécheresse extrême de la forêt boréale, a déclaré le ministre canadien de Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale.

LES ÉVACUÉS APPELÉS À LA PATIENCE

Les populations déplacées ont gagné vendredi des zones plus sûres en convois escortés par la police. Plus de 2.500 véhicules ont pris la direction du sud de la province au cours des dernières 24 heures, a précisé le sergent John Spaans de la police locale.

Les dégâts sont difficiles à évaluer pour l'instant à Fort McMurray mais un bilan officiel qui n'a pas été actualisé depuis mercredi estime que quelque 1.600 constructions ont été détruites. Le coût pour les assurances pourrait dépasser les 9 milliards de dollars canadiens (6 milliards d'euros).

Plus de 500 pompiers appuyés par une quinzaine d'hélicoptère et 14 avions bombardiers d'eau combattaient le sinistre samedi dans et autour de Fort McMurray, a annoncé le gouvernement provincial.

Des quartiers entiers de la ville ont été réduits en cendres, mais la plupart des évacués ignorent le sort de leurs logements. Tous, ou presque, ont fui avec quelques effets personnels, laissant pour certains d'entre eux leurs animaux domestiques.

Danielle Larivée, ministre provinciale des Affaires municipales, a appelé les populations déplacées à la patience. "Je sais combien cela est difficile (...) Je sais ce que c'est que de se demander ce qui reste de sa maison", a-t-elle dit face à la presse.

Au total, une quarantaine d'incendies différents mobilisent à travers l'Alberta plus de 1.400 pompiers.

En France, le Secours populaire français a lancé un appel à la solidarité avec les Canadiens touchés par les gigantesques incendies. Dans un communiqué, l'organisation caritative "lance un appel aux dons financiers et invite à organiser des initiatives de collectes financières pour témoigner concrètement de sa solidarité afin d'aider les enfants et les familles sinistrées".

(avec Ethan Lou à Toronto et David Ljunggren à Ottawa; Pierre Sérisier, Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant