L'immobilier de luxe en France est de moins en moins cher pour les Américains

le
1

Les grandes fortunes mondiales ont toujours autant envie de s'offrir de luxueux appartements et des maisons de rêve. Et pour elles, la France est devenue un rêve bien plus abordable qu'il y a quelques années.

L'immobilier de luxe ne faiblit pas dans le monde. Les grandes fortunes sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus mobiles. Elles détiennent des résidences dans plusieurs pays et c'est d'abord la sécurité du pays qui motive leurs investissements. Mais l'évolution des devises est aussi un élément à prendre en considération. La baisse de l'euro va-t-elle booster l'immobilier de luxe en France? C'est ce qu'espèrent les professionnels de l'immobilier. Le renchérissement du dollar face à la monnaie européenne rend en effet les achats immobiliers dans l'hexagone moins chers pour les Américains qui pourraient revenir sur le marché. D'autant que les prix sont sur une pente ascendante chez eux, alors qu'ils diminuent chez nous.

«Il y a de bonnes raisons d'espérer un retour à une meilleure fortune pour la France. La baisse de l'euro par rapport au dollar pourrait aboutir à un recentrage de l'investissement vers l'Europe, les prix de l'immobilier en France devenant plus attractifs pour les non Européens. Les clients étrangers seront les acteurs majeurs de la reprise», estime Thibault de Saint-Vincent, le président de Barnes qui se veut optimiste, «dès le retour de la confiance, les Français se positionneront à nouveau».


L'évolution des devises n'est pas le seul critère qui pourrait inciter les fortunes mondiales à regarder d'un ½il neuf la France. Le marché immobilier américain de villes phares comme New York ou Miami a rebondi ces dernières années alors qu'il a baissé en France. Selon Barnes, en 2009, Paris était 20 % moins cher que Londres et 10 % plus cher que New York. Depuis, la hiérarchie a été complètement bouleversée: New York est désormais 70 % plus cher que Paris et Londres est 2,7 fois plus cher que Paris.

La capitale britannique est toujours sans conteste la première ville où les investisseurs internationaux prennent position. Cette année, ils seront attirés par la rénovation de certains quartiers et l'existence d'une offre haut de gamme dans le neuf qui correspond à la demande. Mais ils devront supporter l'augmentation des droits de mutation passés de 7 à 10 % récemment pour les biens de plus de 1,5 million de Livres.

Saint-Tropez battue à plate couture

Alors Paris est-elle une bonne affaire? Si bien des Français qui ont du mal à boucler leur budget et à acheter le logement de leurs rêves en doutent, les grandes fortunes mondiales, elles, constatent que la ville la plus romantique à leurs yeux est bien placée. Et elles profitent du fait que les propriétaires sont en train de réajuster leurs prix. Barnes évalue la chute des prix à 25 % depuis 2011 à Paris pour les biens dépassant 200 mètres carrés ou 2 millions d'euros.


Ce n'est pas encore le cas partout en France. Mais dans les villes, aussi «glamours» soient-elles, où les prix ne se sont pas ajustés, le marché tourne vraiment au ralenti. Barnes s'est amusé à faire un petit comparatif entre le marché du luxe à Miami et à Saint-Tropez. Sur le premier, 232 biens de plus de 4 millions d'euros ont été vendus l'an dernier, contre 8 dans le deuxième... ce qui, au rythme actuel, nécessiterait 40 ans pour écouler les stocks dans le village d'adoption de Brigitte Bardot (contre 2 ans seulement à Miami). Une durée théorique... d'ici là, on peut parier que les prix s'ajusteront de manière à réveiller le marché.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ratapon le mardi 20 jan 2015 à 13:14

    Peut-être mais ce n'est la cas ni des taxes et impôts, ni de la visibilité fiscale....Comme on dit en bourse: "Restez à l'écart".