L'horizon judiciaire s'éclaircit pour le "roi de la greffe"

le
0
Le professeur Laurent Lantieri, surnommé le roi de la greffe, est visé par une enquête de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).
Le professeur Laurent Lantieri, surnommé le roi de la greffe, est visé par une enquête de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Le "roi de la greffe" bientôt hors de cause ? L'une des affaires qui ont inquiété dernièrement le professeur Laurent Lantieri, connu pour avoir réalisé en 2010 la première greffe totale du visage, semble en tout cas en voie d'être résolue. À la demande de la ministre de la Santé Marisol Touraine, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait en effet ouvert mi-janvier une enquête visant le chirurgien qui exerce à l'hôpital parisien Georges-Pompidou.En cause : la plainte d'un patient accusant l'un des médecins du service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique du professeur Lantieri de lui avoir demandé de payer au noir (4 300 euros) une intervention réalisée le 14 août dernier. Dans une interview au Figaro santé en février, la star des blocs opératoires prenait la défense du médecin incriminé, mais assurait que si l'enquête révélait un quelconque mensonge de son confrère, celui-ci serait démis de ses fonctions.Or, Le Figaro a eu accès à un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) révélant que l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a signé le 29 janvier un accord avec le patient en question. Le protocole proposé consiste, pour l'AP-HP, à rembourser le patient, celui-ci s'engageant en contrepartie à ne pas poursuivre en justice l'institution.Suspension du "roi de la greffe""Il a été convenu avec Laure Bédier (la directrice juridique de l'AP-HP, NDLR)...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant