L'homme le plus riche d'Europe détient 6 milliards d'immobilier

le
1

EN IMAGES - Madrid, Londres, New York... Le fondateur de Zara, le discret milliardaire Amancio Ortega, est le propriétaire de plusieurs dizaines d’immeubles partout dans le monde. Son portefeuille immobilier a augmenté de 8,3% sur un an.

Amancio Ortega, le fondateur de l’enseigne d’habillement Zara devenu l’homme le plus riche d’Europe, détenait plus de six milliards d’euros d’actifs immobiliers fin 2015, montrent mardi des documents financiers. Le très discret milliardaire espagnol a regroupé ces actifs au sein d’une société foncière, Pontegadea Inmobiliaria, qui possédait 6,06 milliards d’euros d’actifs fin décembre, un montant en hausse de 8,3% sur un an, ce qui en fait l’un des plus importants acteurs du marché immobilier en Espagne.

Ortega, âgé de 80 ans, a transféré en décembre la majeure partie de sa fortune au sein d’une holding, Pontegadea Inversiones, dont il est le président. Pontegadea Inversiones, qui détient 50,01% d’Inditex , la maison mère de Zara, ainsi que le portefeuille d’actifs immobiliers, a encaissé 810 millions d’euros de dividendes en 2015, un montant en hausse de 5,2% sur un an, précisent les documents financiers.

Ortega contrôle au total 59,29% d’Inditex puisqu’il détient une participation d’un peu plus de 9% indépendamment de Pontegadea Inversiones.

Biens immobiliers haut de gamme partout dans le monde

Les dividendes distribués par Inditex, qui ont pratiquement doublé en cinq ans, ont permis à Ortega d’acquérir pratiquement sans s’endetter des biens immobiliers de tout premier choix partout dans le monde, de New York à Séoul en passant par Londres et bien sûr Madrid, principalement dans l’immobilier commercial. «Tous les immeubles qu’il achète sont dans des quartiers haut de gamme. Cela assure un flux de revenus régulier et stable, presque comme une obligation souveraine», explique Carles Vergara, professeur de finance à l’IESE.

Parmi les actifs emblématiques du portefeuille immobilier d’Ortega figure le Torre Picasso, un immeuble de bureaux madrilène construit en 2011, des bureaux dans le quartier de Mayfair à Londres, une portion d’Oxford Street, l’une des principales artères commerçantes de la capitale britannique, ou encore l’E.V. Haughwout Building dans le quartier de SoHo à New York. Ortega ne loue pas ses immeubles uniquement à Zara ou Massimo Dutti, les enseignes d’Inditex, mais parfois aussi à des concurrents comme H&M ou Gap.

A Madrid, l’immeuble art-déco du n°32 de la Gran Via, principale rue commerçante de la ville, est loué en partie à la marque britannique Primark, l’un des principaux rivaux de Zara. En dépit des spéculations récurrentes, une introduction en Bourse de Pontegadea n’est pas à l’ordre du jour, a déclaré un porte-parole de la société.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 5 mois

    Il pompe financierement ses concurrents... Quelle intelligence.....de sa part...