L'hippodrome de Longchamp, dernier acte avant démolition

le
0

Seuls certains édifices historiques seront conservés. Le projet de réhabilitation imaginé par l’architecte Dominique Perrault débutera dès lundi, juste après le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, qui a lieu ce week-end.

L’hippodrome de Longchamp, c’est l’incontournable vitrine des courses françaises! Un monument dont la réhabilitation est débattue depuis des décennies... Dès les années 1990, ce projet était évoqué par Jean-Luc Lagardère. Ce mardi 27 septembre, France Galop a officiellement dévoilé ses ambitions pour le nouvel hippodrome, qui conservera son héritage napoléonien... tout en intégrant une nouvelle note beaucoup plus moderne! C’est l’ambition de l’architecte français Dominique Perrault, qui est chargé du chantier.

Quelles seront les nouveautés du futur hippodrome? Il devra être en mesure d’accueillir jusqu’à 55.000 spectateurs, notamment pour les besoins du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe qui s’y déroule chaque année. Et pour ce faire, le projet de réhabilitation prévoit de remplacer les tribunes existantes - construites dans les années 60 - par une grande tribune beaucoup plus moderne et fonctionnelle. En revanche l’héritage historique qui avait été bâti sous Napoléon III - qui avait d’ailleurs assisté en personne à l’inauguration en 1857 - sera conservé. Il inclut la tribune du Pavillon, le totalisateur, et les écuries.

Un chantier à 130 millions d’euros

En 2011, la réhabilitation était estimée à environ 80 millions d’euros. Désormais, la facture est plus salée et dépasserait les 130 millions d’euros. «C’est un projet orienté vers l’avenir, porteur d’une dynamique de renouveau», explique le président de France Galop Bertrand Bélinguier, en précisant que l’hippodrome sera 100% connecté, en phase avec les attentes des professionnels, des propriétaires et les nouveaux usages des nouvelles générations de public.

Comment financer cette opération? Une participation du Qatar à hauteur de 50 millions était un temps envisagée, mais elle n’est plus d’actualité. «Soucieux d’un retour sur investissement, l’émirat n’a pas souhaité jouer le rôle de sponsor et le statut d’association de France Galop rendait complexe son entrée au capital et au conseil d’administration. Nous avons décidé d’y aller par nous-mêmes», explique M. Bélinguier au journal Le Monde. France Galop dispose de son côté d’une réserve de 73,5 millions d’euros, grâce à ses ventes immobilières.

En tout, l’opération du nouveau Longchamp se déploie sur une zone bâtie de près de 11 hectares sur les 57 hectares du site. Le chantier piloté par Bouygues Bâtiment IDF démarrera après le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe fin octobre 2015 pour une livraison à l’Arc 2017. L’intégralité du projet architectural est détaillé dans une vidéo publiée sur YouTube.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant