L'Europe en stop. Amsterdam-Berlin, ça use le gosier !

le
0
Faire du stop est une preuve de patience. Gauthier peut en témoigner.
Faire du stop est une preuve de patience. Gauthier peut en témoigner.

Jusqu'au 20 juin, Le Point.fr publie le carnet de voyage d'étudiants de Sciences-Po. Partis le 24 mai de Paris, ils s'apprêtent à traverser l'Europe en stop pour rejoindre Helsinki. Une expédition longue de 3 500 kilomètres. Pour cette deuxième étape, d'Amsterdam à Berlin, c'est Gauthier qui vous confie tout. 8 heures. La sonnerie de mon réveil m'éclate les tympans. À mon mal de crâne, je comprends tout de suite que la journée va être longue. Je n'aurais pas dû céder si facilement aux vices de la nuit amstellodamoise... Bref, ma binôme Clara et moi n'avons pas une seconde à perdre. Après une douche express et un rangement de tente laborieux, nous voilà déjà plantés à l'entrée d'une autoroute pour tenter de rejoindre Hambourg, première ville relais de cette nouvelle étape. Par chance, nous trouvons assez vite un conducteur, le premier d'une longue série. Avoir la gueule de bois tout en faisant du stop, quelle bonne idée ! Difficile pour nous de ne pas tomber dans les bras de Morphée. Mais quand nous parvenons à maintenir nos paupières ouvertes, nous ne pouvons pas nous empêcher d'esquisser un sourire. La palme du conducteur le plus barré revient à un entrepreneur qui a souhaité nous faire avaler une bouillie indescriptible. Une bouillie qu'il souhaite commercialiser pour "faire aimer aux jeunes la nourriture que les vieux mangent d'habitude dans les hôpitaux". Rien que ça. Problème, il n'a vendu que deux box en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant