L'État veut encourager la location à des familles sans domicile

le
5

Avec Solibail, l’État veut sensibiliser les propriétaires. Objectif : minimiser les recours aux nuits hôtelières. Pas moins de 40.000 nuitées ont été recensées en France en 2014.

Le ministère du Logement lance lundi une campagne d’information pour développer le programme Solibail, par lequel des associations signent des baux avec des propriétaires pour loger des familles démunies afin de réduire le recours aux nuitées hôtelières. «Solibail, un dispositif garanti par l’Etat, qui vous écurise»: la campagne vise à convaincre les propriétaires de louer leurs logements à une association agréée, qui va ensuite y loger une famille à revenus modestes.

L’association prend en charge les démarches administratives et garantit le paiement des loyers, tandis que le propriétaire peut bénéficier d’avantages fiscaux. Il s’agit de «mettre fin à l’augmentation constante de l’hébergement d’urgence à l’hôtel» et d’offrir «aux familles des solutions plus dignes et mieux adaptées à leurs besoins», selon un communiqué du ministère du Logement.

40.000 nuitées hôtelières en 2014

Solibail existe dans neuf régions. Plus de 10.000 personnes ont déjà bénéficié du dispositif Solibail en Ile-de-France, selon le ministère. Cette solution est notamment moins coûteuse que le recours aux nuitées hôtelières (6,65 euros par jour en moyenne, contre 17,08 euros pour une nuit d’hôtel). De nombreuses familles sans abri sont hébergées chaque soir dans les hôtels, dans des conditions coûteuses et parfois peu adaptées, selon le gouvernement.

Près de 40.000 nuitées hôtelières ont été recensées dans toute la France en 2014. Pour les remplacer, la ministre du Logement Sylvia Pinel a mis en place un plan qui prévoit notamment, d’ici 2017, de créer 13.000 places dans des dispositifs alternatifs: 9.000 places en intermédiation locative (avec des dispositifs comme Solibail), 1.500 places en pensions de familles ou maisons-relais et 2.500 places d’hébergement dans des centres dévolus aux familles ou dans des logements sociaux vacants.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mpincon le mardi 18 aout 2015 à 08:59

    Il vaut mieux vendre que de s'engager dans un tel contrat !Appamée

  • er3dw le lundi 17 aout 2015 à 19:38

    les propriétaires paient des impôts pour financer des logements loués presque rien. Si ce n'est pas une concurrence déloyale!! Propriétaires fuyez ils vous reste des miettes voir une perte après le pillage fiscale de l'état UM PS

  • pepitobo le lundi 17 aout 2015 à 15:11

    ben voyons ...l'objectif est clair! favoriser les migrants et leur nombreuses familles...les familles françaises a la recherche un logement auront toujours la ressource de dormir sous les ponts!!! il est vrai que ces dernieres ne votent plus pour le PS

  • lsleleu le lundi 17 aout 2015 à 13:31

    Le gouvernement n'étant pas capable de régler le chômage et le prix du cochon il faut bien qu'il s'occupe

  • pelochon le lundi 17 aout 2015 à 13:17

    Et qui paiera les éventuelles dégradations dans le logement ou des parties communes ? Les associations ? Que se passera t-il quand le propriétaire ne voudra pas reconduire un bail pour vente ? Préemption ?