L'Assemblée réaffirme le "droit fondamental" à l'IVG

le
0
L'ASSEMBLÉE RÉAFFIRME LE "DROIT FONDAMENTAL" À L'IVG
L'ASSEMBLÉE RÉAFFIRME LE "DROIT FONDAMENTAL" À L'IVG

PARIS (Reuters) - Les députés français ont réaffirmé mercredi, à la quasi-unanimité, le droit "fondamental" à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) "pour toutes les femmes, en France, en Europe et dans le monde", 40 ans après sa légalisation en France.

Jacques Bompard (ex-Front national) ainsi que cinq députés UMP et un UDI (centriste), pour la plupart opposés au mariage homosexuel, ont été les seuls à voter contre une proposition de résolution socialiste examinée à l'occasion du quarantième anniversaire de l'ouverture, le 26 novembre'74, d'un débat de trois jours pour voter la loi légalisant l'IVG.

Ce projet de loi présenté par Simone Veil, alors ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing, avait été voté grâce à la totalité des voix de gauche. Les deux tiers des élus de droite refusèrent d'apporter leur soutien au projet de loi.

La proposition de résolution "réaffirme l'importance du droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse pour toutes les femmes, en France, en Europe et dans le monde".

Avant la séance publique, le président de l'Assemblée, Claude Bartolone (PS), avait rendu hommage à Simone Veil lors d'un déjeuner organisé à l'Hôtel de Lassay en compagnie de plusieurs ministres et la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS).

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant