L'Allemagne redécouvre l'extrême droite

le
0
Le parti dirigé par Frauke Petry, Alternative für Deutschland, va-t-il devenir la troisième force politique du pays ? 
Le parti dirigé par Frauke Petry, Alternative für Deutschland, va-t-il devenir la troisième force politique du pays ? 

Est-ce la fin de l'exception allemande ? Alors que les partis d'extrême droite ont pignon sur rue dans la plupart des pays européens, l'Allemagne se distinguait jusqu'à ce jour par l'absence d'une force politique bien implantée à la droite de la droite démocratique. Les petites formations d'extrême droite se contentaient de faire des poussées de fièvre aux régionales avant de disparaître à nouveau. Jamais un parti d'extrême droite n'a passé la porte du Bundestag, le Parlement allemand. Le tabou moral imposé par la catastrophe nazie, la bonne santé économique du pays faisaient rempart aux populistes et aux démagogues. Mais l'afflux de réfugiés et les craintes qu'il a fait naître sont-ils en train de faire sauter ce verrou ?

Troisième force politique

Si l'on juge le résultat des municipales qui ont eu lieu dimanche dernier en Hesse, et si l'on croit les pronostics pour les trois grosses régionales de dimanche prochain en Saxe-Anhalt, dans le Bade-Wurtemberg et en Rhénanie-Palatinat, l'échiquier politique allemand serait en train d'assister à la naissance d'une nouvelle force politique. L'AfD (Alternative für Deutschland), nouveau parti à la droite de la CDU-CSU, a fait une percée spectaculaire en Hesse. Avec 10,3 % des suffrages à Francfort (l'une des villes les plus multiculturelles et les plus libérales d'Allemagne) et jusqu'à 16 % à Wiesbaden, l'AfD double les Verts et le petit parti libéral et devient, pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant