L'accueil de réfugiés ne pénalisera pas les précaires, dit Valls

le
9
VALLS PROMET QUE L'ACCUEIL DE RÉFUGIÉS NE PÉNALISERA PAS LES PRÉCAIRES
VALLS PROMET QUE L'ACCUEIL DE RÉFUGIÉS NE PÉNALISERA PAS LES PRÉCAIRES

PARIS (Reuters) - L'accueil en France de milliers de réfugiés en provenance du Moyen-Orient ne pénalisera pas les personnes déjà en situation de précarité dans le pays, a promis mercredi soir le Premier ministre, Manuel Valls, sur TF1.

Il a dit comprendre "parfaitement les inquiétudes (...) face au désordre du monde" et à l'afflux de réfugiés et assuré que le gouvernement entendait maîtriser la situation.

"Il ne faut pas que ceux qui sont en difficulté dans notre pays, qui ont du mal à trouver un logement, qui sont au chômage, qui sont dans la précarité, aient le sentiment qu'on fait tout pour les demandeurs d'asile et qu'on ne fait rien pour eux", a déclaré le Premier ministre.

"C'est pour cela que nous augmentons les moyens pour l'hébergement d'urgence et cela doit concerner ceux qui sont déjà dans l'hébergement d'urgence, ceux qui ont droit à l'hébergement d'urgence, comme ceux qui arrivent aujourd'hui de Syrie ou d'Irak", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement développe des moyens, 500 à 600 millions, d'euros pour l'hébergement d'urgence, pour soutenir les collectivités, pour permettre l'accueil dans les écoles", a-t-il souligné.

Il a aussi exclu une révision des conditions d'attribution de l'aide médicale d'Etat, révision demandée par l'opposition, dont l'ex-président Nicolas Sarkozy, selon qui cette aide, dont bénéficient aussi les étrangers en situation irrégulière, coûte 700 millions d'euros par an.

"Je ne veux pas opposer (...) telle ou telle catégorie", a dit Manuel Valls. "L'aide médicale d'Etat n'a pas été supprimée par le passé parce que c'est un droit. Et d'ailleurs, la supprimer, paradoxalement, coûterait encore beaucoup plus cher."

Lors d'une intervention à l'Assemblée nationale, il avait en revanche déclaré dans l'après-midi que la France n'hésiterait pas à rétablir temporairement des contrôles à ses frontières, comme plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, pour enrayer l'afflux de réfugiés.

(Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 le jeudi 17 sept 2015 à 10:36

    Comme si il suffisait de l'affirmer sur un ton autoritaire pour que ce soit vrai ! on se demande même pourquoi il y a encore des précaires.

  • M4484897 le jeudi 17 sept 2015 à 09:23

    Ben voyons ils se préparent déjà a moins rembourser les soins parce que le déficit de la sécu est au dessus de 13%, çà n'empêchera pas de soigner gratos tout ce qui rentre et n'a jamais versé un centime de cotisation

  • M2766070 le jeudi 17 sept 2015 à 07:32

    faut !! allez voir youtube : https://youtu.be/J0YaulZSdDA

  • borzeixa le jeudi 17 sept 2015 à 05:58

    Bien sur que non, l'accueil des réfugiés ne pénalisera pas les sans dent, cela ne pénalisera que les riches qui vont les accueillir chez eux.

  • a.gim le jeudi 17 sept 2015 à 00:07

    On vous refuse le remboursement de médocs mais pour eux tout sera gratuit,appart,bouffe,phone et j'en passe mais manolo a dit que non.

  • nayara10 le mercredi 16 sept 2015 à 23:51

    Il doit être normal que les Français déjà la avant puissent bénéficier en priorité des aides.Leurs grands parents et parents ont toute leur vie paye des Taxes et impôts .Les nouveaux arrivants ne peuvent donc prétendre à plus de droit pour eux ?...Et pourtant ,devant une violence prémédité ,c'est qui va arriver ...

  • mcarre1 le mercredi 16 sept 2015 à 22:41

    des affirmations gratuites comme souvent avec nos sots-cialistes

  • godardja le mercredi 16 sept 2015 à 22:36

    Encore une promesse qui ne sera pas tenue. Evidemment qu'il va y avoir concurrence et bagarre entre ceux à qui on a promis un logement depuis des années et ceux à qui on en donne un tout de suite parce qu'ils viennent de Syrie.

  • M1531771 le mercredi 16 sept 2015 à 22:09

    Il veut faire croire cela à qui ?