L'abattoir Tilly-Sabco mis en liquidation, l'activité continue

le
0
MISE EN LIQUIDATION DE L'ABATTOIR TILLY-SABCO AVEC POURSUITE D'ACTIVITÉ
MISE EN LIQUIDATION DE L'ABATTOIR TILLY-SABCO AVEC POURSUITE D'ACTIVITÉ

RENNES (Reuters) - L'abattoir de poulets Tilly-Sabco de Guerlesquin (Finistère) a été mis en liquidation judiciaire avec poursuite de l'activité jusqu'au 30 novembre par le tribunal de commerce de Brest, a t-on appris mardi de source syndicale.

L'abattoir, qui emploie 326 personnes et travaille avec plusieurs centaines d'éleveurs en Bretagne, dispose d'un délai d'un mois renouvelable pour trouver un repreneur.

"C'est un soulagement, on pouvait craindre une liquidation pure et simple de l'activité", a déclaré à Reuters Nadine Le Guen, déléguée CGT, ajoutant que la situation de l'entreprise fera l'objet d'un nouvel examen dans un mois.

La direction de Tilly-Sabco avait déclaré l'entreprise en cessation de paiement la semaine dernière et demandé une liquidation avec poursuite de l'activité en raison du "soutien de son principal client saoudien, le groupe Abbar".

Spécialisé comme son concurrent Doux, qui sort d'une longue période de redressement judiciaire, dans la production de poulets destinés aux marchés du Moyen-Orient, l'abattoir de Guerlesquin a subi de plein fouet la fin des aides européennes à l'exportation décidée en juillet 2013.

La parité euro-dollar plus favorable ces dernières semaines et une moindre pression commerciale des concurrents brésiliens sur le Moyen-Orient n'ont pas permis de relancer l'activité de l'abattoir qui tourne au ralenti depuis plusieurs mois.

Selon les représentants syndicaux de l'entreprise, si aucun repreneur ne se manifeste, la liquidation provoquerait des réactions en chaîne sur l'ensemble de la filière de production de poulets dans la région.

Les difficultés de Tilly-Sabco s'ajoutent à une forte crise de la production de légumes en Bretagne et à la liquidation de l'abattoir de porcs Gad de Josselin (Morbihan), qui doit être repris par Intermarché après la suppression de 250 à 300 emplois.

(Pierre-Henri Allain, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant