Kouachi, Coulibaly : noms coupables

le
1
Boîte aux lettres d'un membre de la famille des frères Saïd et Chérif Kouachi, à Reims (photo d'illustration).
Boîte aux lettres d'un membre de la famille des frères Saïd et Chérif Kouachi, à Reims (photo d'illustration).

Leur vie a basculé d'une seconde à l'autre, lorsque les noms de leurs homonymes terroristes ont fait une apparition fracassante dans les médias. Les Kouachi et Coulibaly de France, sans aucun lien familial avec les frères Saïd et Chérif, auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, ni avec Amedy, le preneur d'otages de la porte de Vincennes, vivent désormais un enfer, selon un article du Figaro. Y compris... Amedy Coulibaly, originaire de Mauritanie, dont la femme a été interrogée par le quotidien : "Je n'arrête pas de le dire, mon mari s'appelle Amedy Coulibaly comme le terroriste, mais on ne le connaît pas, on n'est pas du tout de la même famille."

Madame Coulibaly reçoit des dizaines d'appels, souvent en pleine nuit, parfois ponctués d'insultes, voire de "menaces de mort", écrit Le Figaro, qui indique aussi que "son époux a déposé une main courante pour signaler ces cas de harcèlement".

Les Kouachi ont "pensé à changer de nom"

Même problème pour une famille Kouachi d'Indre-et-Loire, qui avoue avoir "même pensé à changer de nom". Le 8 janvier au matin, au lendemain de l'attaque, ses enfants ont été très mal reçus à l'école : "On a commencé à les insulter, on a traité mon fils de terroriste au collège, pareil pour ma fille au lycée."

Dans la même région, poursuit le quotidien, un autre monsieur Kouachi, militaire retraité de 70 ans, vit des souffrances similaires : "Mon fils est militaire, on l'a appelé la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pienegro le mercredi 21 jan 2015 à 07:53

    S'appeler Kouachi est un kouach en effet!