"Khaled al-Asaad est le symbole de la résistance"

le
0

Peu avant l'été, Maamoun Abdulkarim, l'homme qui a sauvé les trésors de Palmyre avant l'arrivée de Daesh, confiait ses craintes au

Point. "Nous ne savons pas quand nous serons tués", déclarait le directeur des Antiquités syriennes. Quelques semaines plus tard, mardi 18 août, Khaled al-Asaad, directeur des Antiquités de Palmyre de 1963 à 2003, était décapité par l'EI, à l'âge de 82 ans.

Bouleversé par la mort de son ami, Maamoun Abdulkarim nous a adressé cet hommage, d'ami à ami, de disciple à maître.

"Ma première rencontre avec Khaled se déroula à Palmyre en 1995. À l'époque, j'étais étudiant en thèse me spécialisant en période classique romaine, période à laquelle Palmyre s'est développée (pendant les trois premiers siècles après J.-C). Khaled était un grand professeur avec de très grandes qualités humaines. Je suis allé le voir au Musée de Palmyre pour lui demander certaines informations concernant ma recherche. Pendant sa carrière aux Antiquités de Palmyre, sa porte a toujours été ouverte aux collègues et aux étudiants.

En 2002, quand j'étais en charge du Département des affaires des musées de Syrie (DGAMS), j'ai eu l'honneur de travailler avec Khaled. Il était à la fin de sa carrière avant de prendre sa retraite en 2003. Durant cette période, nous nous sommes vus fréquemment. Khaled était un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant