Kazakhstan : la fin du mystère du "village endormi"

le
0
Photo d'illustration. Pendant des mois, le village de Kalachi s?est prêté à une série de tests bactériologiques et viraux, à des études du sol, de l?eau, de l?air, pour tenter d?éclaircir le mystère.
Photo d'illustration. Pendant des mois, le village de Kalachi s?est prêté à une série de tests bactériologiques et viraux, à des études du sol, de l?eau, de l?air, pour tenter d?éclaircir le mystère.

« J'étais en train de traire mes vaches comme d'habitude, tôt le matin, et je me suis endormie. Je ne me souviens de rien. Lorsque je me suis réveillée, j'étais dans une chambre d'hôpital et des infirmières me souriaient. Je venais de dormir deux jours et deux nuits. » En février 2015, un petit village du nord du Kazakhstan fait la une de la presse internationale. On le baptise déjà « Sleepy Hollow » ou « le village endormi », et la psychose ne tarde pas à gagner tout le pays. Kalachi est en effet victime depuis 2010 d'une étrange épidémie que le Siberian Times ne manque pas de chroniquer au quotidien : certains de ses habitants ? près de 150 à ce jour ? subissent d'étranges endormissements et des pertes de connaissance pouvant parfois durer plusieurs jours.

Pas besoin de séjourner bien longtemps dans le village pour faire les frais de ce curieux phénomène. Alexey Gom était juste venu passer le week-end chez sa belle-mère : « J'ai allumé mon ordinateur portable, un matin, pour terminer un travail, j'ai ouvert les documents que je voulais lire, et c'est tout. C'est un peu comme si quelqu'un avait appuyé sur l'interrupteur pour m'éteindre. Je me suis réveillé plus de trente heures plus tard, à l'hôpital. Mes examens n'avaient rien d'anormal », confiait-il en février à la presse locale. Détail effrayant, les personnes âgées et les jeunes enfants sont aussi victimes d'hallucinations. « Maman à trois yeux »,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant