Juppé est-il intouchable ?

le
0
Le statut de favori d'Alain Juppé lui permet de rester sur la réserve lors de ce débat.
Le statut de favori d'Alain Juppé lui permet de rester sur la réserve lors de ce débat.

Hier soir, le favori des sondages est arrivé le dernier salle Wagram, à Paris, lui d'habitude si ponctuel. Comme si son avance dans les sondages lui donnait cette petite liberté que d'autres n'ont pas. Pour le deuxième débat de la primaire de la droite, Alain Juppé, placé à l'extrême droite du plateau lors du tirage au sort, tentera de rester au-dessus de la mêlée.

Dès la première question sur les conséquences du démantèlement de la jungle de Calais, Juppé donne le ton : il ne tapera pas sur Nicolas Sarkozy, pourtant signataire des accords du Touquet qu'il souhaite renégocier, mais sur François Hollande. Celui qui s'était rendu dans la jungle en janvier accuse le gouvernement de ne pas avoir su traiter « les causes de la situation » migratoire actuelle. « Je ne suis pas contre Nicolas Sarkozy, mais aujourd'hui nous sommes adversaires », tient-il à préciser quand on l'interroge sur le fait qu'il a été lui aussi ministre de Sarkozy. Le maire de Bordeaux, qui estime que la fonction présidentielle n'est pas « un job normal », souhaite que le président retrouve sa « dignité perdue » et que « les ministres gouvernent ». Quand une journaliste fait référence à son âge (71 ans) et à son argument de campagne (« un seul mandat »), il est un brin vexé?

- Si vous aviez 60 ans ?

- C'est une hypothèse d'école, merci de l'avoir posée?

Sarkozy lui emboîte le pas et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant