Journal d'un collège de campagne (1) : "Ce sont les profs qui posent le plus de problèmes"

le
0
Dans ce collège d'une petite ville située à deux heures de Paris, le CPE jongle avec toutes sortes de problèmes (photo d'illustration).
Dans ce collège d'une petite ville située à deux heures de Paris, le CPE jongle avec toutes sortes de problèmes (photo d'illustration).

Cela fait déjà deux semaines que Cédric (1) a retrouvé son bureau. Préparer le collège, adapter le nombre de tables aux effectifs des classes, vérifier que les rétroprojecteurs fonctionnent correctement, ressortir les craies... Depuis près de deux mois, les billets de retard étaient rangés dans un placard. Cédric veut éviter d'avoir à s'embarrasser de détails techniques lorsque les élèves et les professeurs seront de retour dans "son" antre, dès lundi.

À 36 ans, il effectue cette année sa sixième rentrée dans cet ensemble scolaire en tant que responsable de vie scolaire, le pendant privé du CPE public, conseiller principal d'éducation pour les non-initiés. Maillon essentiel de l'établissement, il s'occupe de tout ce qui se déroule à l'extérieur de la classe, principalement pour le collège : il est à la fois le "surgé" d'antan (le "surveillant général") et l'interlocuteur des professeurs, des parents et du directeur. Et dans cet ensemble privé sous contrat avec l'État, qui suit les enfants de la maternelle au bac dans une petite ville à deux heures de Paris (12 000 habitants, NDLR), entourée par les champs, le CPE jongle avec toutes sortes de problèmes : le remplacement des professeurs malades, l'organisation des voyages, des sorties et des activités périscolaires bien sûr, mais surtout la bonne cohabitation des professeurs, des élèves, des parents et de l'administration au sein de cette "petite société". La vie scolaire,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant