Joué-lès-Tours : les précisions de Bernard Cazeneuve

le
0
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur.
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur.

Au lendemain de l'attaque de Bertrand Nzohabonayo, qui a blessé trois policiers avant d'être tué au commissariat de Joué-lès-Tours, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est exprimé sur le plateau du 20 heures de TF1. Âgé de 20 ans, le jeune Français originaire du Burundi, connu des services de police pour des faits de droit commun, avait basculé récemment dans l'islam radical et affichait sur son profil Facebook le drapeau de l'État islamique."Ce que l'on sait, c'est qu'il n'était pas connu pour autre chose que des faits de délinquance. Son frère, lui, s'était radicalisé, a confirmé le ministre de l'Intérieur. Le personnage semble très mystérieux, très déstabilisé aussi.""Protéger la totalité des Français""L'enquête suit son cours", a simplement précisé Bernard Cazeneuve, qui a souligné la "détermination du gouvernement à agir pour protéger la totalité des Français qui peuvent être des cibles" d'actes terroristes. "Nous avons renforcé les mesures du plan Vigipirate." "Ce qu'il faut, c'est protéger les policiers et les gendarmes de France, et tous ceux qui portent l'uniforme", a-t-il ajouté."Il faut que les familles se mobilisent" pour éviter les dérives des jeunes vers le djihadisme, a enfin affirmé le ministre de l'Intérieur, qui a ajouté que la judiciarisation des candidats au djihad susceptibles de commettre des actes terroristes concernait "500 personnes" en France.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant