Jeannette Guyot, la (trop) discrète disparition d'une femme de l'ombre

le , mis à jour le
2
Jeannette Guyot est partie dans la plus grande discrétion le mois dernier.
Jeannette Guyot est partie dans la plus grande discrétion le mois dernier.

Personne n'aura prononcé son nom ni honoré sa mémoire durant les commémorations du 8 mai 1945. Et pourtant... Le mois dernier mourrait à 97 ans, dans le silence, une citoyenne tranquille parmi les autres, et surtout grande figure de la Résistance en France. Pourtant, Jeannette Guyot aura été l'une des rares femmes décorées de la Distinguished Service Cross américaine pour son « héroïsme extraordinaire » sous l'occupation allemande. Celle qui est née à Chalon-sur-Saône le 26 février 1919 n'a que 21 ans lorsqu'elle s'enrôle, en pleine Seconde Guerre mondiale, dans un réseau clandestin. Sa mission : exfiltrer des agents vers la zone sud administrée par le régime de Vichy.

La jeune femme devient ensuite agent de liaison, chargée de transmettre toutes sortes d'informations. Une fonction qui prend fin six mois plus tard, en février 1942, lorsqu'elle est arrêtée puis emprisonnée. Derrière les barreaux, Jeannette Guyot tient tête à tous ses interrogateurs, s'enferme dans le mutisme, se rebiffe. Remise en liberté faute de preuves, elle reprend aussitôt ses activités de passeur sous la houlette du colonel Remy. L'organisation de ce dernier sera, hélas, trahie quelque temps plus tard, en juin 1942. La jeune Bourguignonne n'a d'autre choix que de se réfugier à Lyon.

Jeannette Gauthier

Dans la nuit du 13 au 14 mai de l'année suivante, la résistante se voit même exfiltrée à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl il y a 7 mois

    Il est vrai qu'il n'y a pas là sujet à "repentence" pour notre gouvernement et en plus il n'est même pas précisé qu'elle fut de gauche. Donc pour eux c'est une anonyme....

  • mucius il y a 7 mois

    Rien à voir avec les communistes Aubrac