Jean-Marie Le Pen pourrait être exclu du Front national

le
2
JEAN-MARIE LE PEN DEVANT LE BUREAU EXÉCUTIF DU FN
JEAN-MARIE LE PEN DEVANT LE BUREAU EXÉCUTIF DU FN

PARIS (Reuters) - Jean-Marie Le Pen fera face ce jeudi au bureau exécutif du Front national (FN) réuni en formation disciplinaire, appelé à sanctionner le fondateur du parti jusqu'à peut-être l'exclure.

Dans la convocation adressée à son père, la présidente du FN, Marine Le Pen, énumère 15 griefs, dont ses propos qualifiant les chambres à gaz nazies de "détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale". Des propos qui valent au patriarche une nouvelle convocation en correctionnelle pour être jugé pour "contestation de crime contre l'humanité".

La convocation mentionne aussi ses déclarations négatives sur la nouvelle direction du parti ou accusant sa fille de "dynamiter sa propre formation", et son irruption sur l'estrade où elle allait prononcer un discours, le 1er mai, à Paris.

Marine Le Pen et Florian Philippot, vice-président du FN qualifié de "mauvais génie" par Jean-Marie Le Pen, n'assisteront pas à la réunion du bureau exécutif qui doit commencer à 14h00.

Outre Jean-Marie Le Pen, les vice-présidents du parti Jean-François Jalkh, Louis Aliot, Steeve Briois et Marie-Christine Arnautu doivent être présents, ainsi que Nicolas Bay, secrétaire général du parti, et le trésorier Wallerand de Saint-Just.

"Les propos qu'il a tenus sont inacceptables : soit il les retire, soit il s'excuse, soit il tombe sous le coup des sanctions disciplinaires prévues, qui vont du blâme jusqu'à la suspension et l'exclusion", a déclaré jeudi sur iTELE Gilbert Collard, député mariniste.

Si Jean-Marie Le Pen est exclu, il ne pourra pas rester président d'honneur du FN, a-t-il ajouté.

Bruno Gollnisch, membre du bureau politique du FN, a quant à lui estimé sur Europe 1 que "cette procédure disciplinaire est ahurissante, surprenante" et ajouté qu'il ne voyait "pas l'intérêt de sacrifier Jean-Marie Le Pen sur l'autel du politiquement correct".

Dans un communiqué publié lundi, Jean-Marie Le Pen assurait vouloir exposer ses propres griefs lors de ce bureau exécutif, "dans l'idée d'administrer une leçon, et non d'en recevoir une".

"Une chose est sûre (...) c'est que la ligne politique que j'incarne depuis des décennies ne disparaîtra pas de la scène nationale, et que j'agirai sans relâche afin de permettre aux millions de Français qui partagent nos idées et notre espérance d'être représentés valablement au moment des grandes échéances", ajoutait-il.

Jean-Marie Le Pen, 87 ans, est en guerre ouverte avec sa fille qui lui a succédé à la présidence du FN.

En parallèle de la procédure disciplinaire qui lui vaut d'être convoqué jeudi, et dont il souhaite la publicité des débats, il a obtenu deux victoires juridiques cet été face à Marine Le Pen, avec l'annulation d'une précédente décision de suspension et la suspension de l'assemblée générale extraordinaire du Front national censée aboutir à son éviction.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • p.cuquel le jeudi 20 aout 2015 à 12:35

    quel scoop ! Sinon, c'est ce qui arrive a tous les entrepreneurs : ils doivent laisser la place et en général essaient de la garder le plus longtemps possible... mais souvent quand les rennes changent de mains, l'esprit du créateur disparaît... ceci expliquant souvent cela...

  • nero51 le jeudi 20 aout 2015 à 11:50

    Il serait plus juste d'indiquer,que c'est marine le Pen qui est en guerre ouverte avec son père et non l'inverse !! Elle ne se rappelle certainement pas que c'est jean marie qui a créé le parti et non l'inverse.bref...