Jean-Marie Le Pen appelle ses soutiens à rallier sa petite-fille

le , mis à jour à 19:40
0
JEAN-MARIE LE PEN APPELLE SES SOUTIENS À RALLIER SA PETITE-FILLE
JEAN-MARIE LE PEN APPELLE SES SOUTIENS À RALLIER SA PETITE-FILLE

MARSEILLE (Reuters) - Jean-Marie Le Pen a appelé vendredi ses soutiens à rallier sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, qui conduit la liste Front national dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) "dans l'intérêt supérieur de la région et de la France".

Le fondateur du FN, qui a été exclu du parti en août, a indiqué à l'issue d'un déjeuner à Marseille avec la députée du Vaucluse lui avoir glissé des noms de certains de ses amis à inclure dans ses listes "pour avoir le plus de voix possible".

Lydia Schenardi, proche du fondateur du FN et conseillère des Alpes-Maritimes sortante, a cependant déclaré que Jean-Marie Le Pen l'avait fait sans illusions.

"Avec la Commission nationale d'investiture (du FN-NDLR), il n'y a aucune chance pour Marion de faire rentrer nos élus", a-t-elle dit à Reuters.

"Jean-Marie Le Pen en dernier recours a glissé à Marion un papier avec des noms de personnes, mais on sait que cela ne sert à rien. Il m'a confirmé qu'il devait se dédouaner vis-à-vis du FN et de sa petite-fille", a-t-elle ajouté.

Le dernier mot reviendra à la Commission nationale d'investiture du FN, sur laquelle la présidente du parti, Marine Le Pen, a autorité.

Lydia Schenardi a ajouté qu'elle même se présenterait sur les listes Ligue du Sud du maire d'Orange Jacques Bompard pour les régionales en Paca, listes qui feront concurrence au premier tour à celles de Marion Maréchal-Le Pen.

Sur Europe 1, Jean-Marie Le Pen a toutefois dit espérer qu'il n'y aurait pas de listes dissidentes de ses soutiens "tiraillés entre plusieurs fidélités".

"Peut-être allons-nous réussir tout de même à faire une liste unique très large qui comporte une certitude, ou une quasi-certitude de succès", a-t-il dit.

Avant le déjeuner avec sa petite-fille, Jean-Marie Le Pen avait fait un geste qui n'était pas attendu en demandant à ses soutiens, lors de la dernière séance plénière de l'assemblée régionale, de soutenir la députée du Vaucluse.

"L'élection régionale de décembre peut et doit donner le signal d'alerte en donnant la majorité à la liste de Marion Maréchal-Le Pen, qui saura réunir derrière elle tous les patriotes, et en particulier mes courageux amis, auxquels je demande de se rallier dans l'intérêt supérieur de la région Paca et de la France", a déclaré celui qui est toujours conseiller régional.

Plusieurs conseillers régionaux sortants proches de Jean-Marie Le Pen ont été exclus du FN et le fondateur du FN voudrait obtenir leur réintégration sur les listes.

"Je pense que Marion aura 80 à 90 élus, par conséquent elle a de la place pour les gens que je lui suggère", a ajouté devant des journalistes le fondateur du FN, écartant tout soutien à une liste dissidente.

Le geste de Jean-Marie Le Pen, en guerre avec sa fille Marine, s'expliquerait par l'attitude ouverte de la candidate en Paca à l'égard de son grand-père, avec lequel elle n'a jamais rompu les ponts.

(François Revilla, avec Gérard Bon à Paris, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant