Jean-Marc Ayrault : "Ma loyauté a été poussée à l'extrême"

le
0
Jean-Marc Ayrault a mal vécu d'être remercié du jour au lendemain par François Hollande.
Jean-Marc Ayrault a mal vécu d'être remercié du jour au lendemain par François Hollande.

Jean-Marc Ayrault s'est tu pendant plus d'un an. L'ancien Premier ministre, mis brutalement à la porte par François Hollande après la cuisante défaite de mars 2014 lors des élections municipales, attendait son heure pour enfin vider son sac.Lundi soir, Mon père, cet Ayrault, réalisé par Élise Ayrault, fille de l'ancien pensionnaire de Matignon, sera diffusé sur France 3. Dans ce documentaire de 52 minutes dont le Huffington Post a dévoilé les premières images, celui qui est redevenu simple député de Loire-Atlantique va donner sa version sur les différentes polémiques qui ont affecté son gouvernement pendant près de deux ans. "Ma loyauté a été poussée à l'extrême", déplore ce fidèle de François Hollande. Ayrault voulait laisser Montebourg "prendre ses responsabilités"Le film revient sur les événements difficiles de son mandat, dont Florange, drame politico-industriel point d'orgue d'un "dysfonctionnement entre l'Élysée et Matignon". Ayrault explique qu'il avait été mis à l'écart des discussions entre Hollande et Montebourg. "Quand ça a commencé à devenir difficile, quand on s'est aperçu qu'il n'y avait pas de repreneur et que la nationalisation n'était pas une option sérieuse, le dossier est revenu à Matignon", se souvient-il. Crise qui débouche sur une altercation avec le ministre du Redressement productif. Ayrault manque de démissionner "pour laisser Arnaud Montebourg prendre ses responsabilités". Il est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant