Jean-Marc Ayrault fait adopter l'amendement qui fâche...

le
13
L'ancien Premier ministre a accepté de repousser la mise en oeuvre de la réforme à 2016. Son coût est donc différé à la législature suivante. Ses bénéfices pour les petits salaires interviendront avant les élections.
L'ancien Premier ministre a accepté de repousser la mise en oeuvre de la réforme à 2016. Son coût est donc différé à la législature suivante. Ses bénéfices pour les petits salaires interviendront avant les élections.

Jean-Marc Ayrault ressort de son chapeau la CSG progressive. L'ancien Premier ministre de François Hollande associé au député PS du Rhône, Pierre-Alain Muet, ont déposé un amendement au projet de loi de finances pour 2016 visant à instaurer une CSG progressive, première étape vers la création d'un « impôt citoyen », qui regrouperait l'impôt sur le revenu et la CSG. En contrepartie serait supprimée la prime d'activité issue de la fusion de la prime pour l'emploi et du RSA activité.

Accueillie tout d'abord fraîchement par le gouvernement, la proposition qui a reçu le soutien de 160 députés socialistes, soit plus de la moitié du groupe PS, de radicaux de gauche et d'écologistes, a finalement été regardé d'un ?il nouveau par Manuel Valls. Dès lors que son application serait différée à 2017, la mesure présente un double avantage. Son coût - un milliard d'euros - serait à la charge de son successeur. Mais surtout le vote permet d'améliorer le bilan fiscal du candidat socialiste à la présidentielle de 2017 ! Ce dernier pourra expliquer qu'aux premières années de hausses aura succédé une série de baisses pour les contribuables les plus modestes : suppression de la tranche à 5,5 %, révision du barème, etc.

La CSG rapporte plus que l'IR !

Actuellement, la CSG rapporte davantage que l'impôt sur le revenu : 90 contre 70 milliards d'euros. Son taux est uniforme : 7,5 % sur le salaire, quel qu'en soit le montant. La...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 le vendredi 13 nov 2015 à 09:07

    tiens mon msg a été supprimer, pourtant je disait juste qu'on a enlever un roi pour mettre à la place des milliers de princes et leurs avantages

  • danette4 le vendredi 13 nov 2015 à 07:50

    pour rappel le ps voulait supprimer la CSG en 2002, mais l'ump s'y etait opposer en recourant au conseil constitutionnelle qui avait rejete la suppression de la CSG

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:57

    Nos élus de tout bord autre que PS se sont pudiquement éclipsés pour ne pas ouvertement soutenir un rinçage des classes moyennes et une réduction de leur imposition. Evidemment quelques PS étaient là pour faire nombre, mais sans plus.

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:54

    Les élus paient l'IR à la source, sans caractère cumulatif (de mandat, etc) docn avec un taux marginal par source de revenu. Bien souvent 14% max. Et ont 30% d'abattement en plus ! Mettre la CSG dans l'IR avec les paramètres actuels reviendrait à un ALLEGEMENT de CSG pour nos députés et sénateurs !

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:53

    CSG 90 millards / IR 75 millards. Enfait les contributions sociales dépassent les 100 millards (CRDS, ... en + de CSG). Les 48% qui payent actuellement l'IR vont voir plus que doubler la facture en appliquant la progressivité.

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:48

    Nous avons à la tête du pays des Borgias qui se comportent en Vlad l'empaleur avec un machiavélisme consummé. Ils utilisent à l'envie de recettes simples pour faire passer des incongruités législatives, notamment fiscales. Responsables n'est pas coupables, comme au temps du sang contaminé.

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:46

    Si d'aventures les mêmes sont au pouvoir en 2017, ils annonceront en 2018 - comme pour l'écotaxe qu'ils ont voté, comme la suppression de la demi-part des veuves ou la hausse des impôts locaux qu'ils ont aussi votés, que ce n'était pas leur faute, le but recherché, etc. Et ils corrigeront à temps pour les élections municipales ...

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:44

    Cet "impôt citoyen" qui rappellent les sombres heures de la France de 1793, est une mesure punitive qui, sous couvert de progressivité accrue, va faire peser encore plus le fardeau de la fiscalité sur les 48% qui payent l'IR. Etant entendue que la mesure doit être annoncée avant les régionales et comprise après mai 2017

  • gnapi le jeudi 12 nov 2015 à 18:42

    Le qualificatif de "citoyen" était employé en 1793 lors de la Ter reur. On punissait, voire passer par l'écha faud ceux qui n'étaient pas assez citoyen. Ce n'était pas tant l'aristrocratie ou autre qui était visée (elle l'a été bie navant), mais les pseudo représentants du peuple qui visait le peuple dans toute sa diversité.

  • mcarre1 le jeudi 12 nov 2015 à 18:40

    Amendement voté par 35 voix contre 21 ! Soit 56 suffrages exprimés sur 577 députés, qu'est ce que c'est que cette démocratie, il n'y a même pas de quorum?