Jean-Christophe Cambadélis voit un risque d'éclatement du PS

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Les divisions de la gauche conjuguées à la montée en puissance du Front national font peser un risque d'éclatement, voire de disparition du Parti socialiste, estime son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, dans une interview publiée mercredi.

Evoquant le prochain congrès du PS, en juin 2015, et les élections départementales de mars, le responsable du parti majoritaire s'en prend sans les nommer à ceux qui, à gauche du PS - une partie des écologistes et du Front de gauche -, "rêvent de le faire éclater" pour retrouver "une gauche réelle".

"Faire éclater le PS dans une situation où cette gauche de relève n'existe pas conduira à faire disparaître la totalité de la gauche", affirme Jean-Christophe Cambadélis dans les journaux du groupe Ebra (Crédit Mutuel).

Le message est également à usage interne. Dans la perspective du congrès, il en appelle "à une capacité de compromis qui n'est pas toujours au rendez-vous".

Les élections européennes qui ont fait apparaître le Front national comme le premier parti de France et la législative partielle du Doubs, dimanche, où une candidate FN a obtenu près de 49% des voix dans un duel avec le PS, l'amènent aux mêmes conclusions.

"Le tripartisme FN-PS-UMP actuel n'est qu'un moment avant le retour au bipartisme. Le tout est de savoir qui restera sur le ring à ce moment-là", affirme le député de Paris.

"La division de la gauche entre socialistes, communistes et écologistes accélère un nouveau bipartisme mais sans la gauche", ajoute-t-il à propos des départementales.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant