James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

le
1

Au menu de cette revue de presse proposé par Sandrine Gomes, James Foley, le symbole d'un journalisme freelance de plus en plus exposé et précaire, la riposte américaine au chantage des djihadistes en question mais aussi quand le virus Ebola sucite la peur de l'autre en Europe ...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4293886 le vendredi 22 aout 2014 à 11:59

    Effectivement, les journalistes de terrain et d'investigation prennent beaucoup plus de risques que certains de nos journalistes français qui font le jour et la nuit dans les rédactions, qui se contentent de faire des copier/coller de communiqués de presse et défendent bec et ongle la bien-pensance et les intérêts politiques de la caste mondialiste et ultra-libérale qui les emploie.