Italie : le pape François à l'épreuve de San Gennaro

le
0
Le 19 septembre 2014, dans la cathédrale de Naples, des fidèles vénèrent la relique de San Gennaro.
Le 19 septembre 2014, dans la cathédrale de Naples, des fidèles vénèrent la relique de San Gennaro.

Liquide ou solide ? Des milliers d'yeux scruteront avec angoisse samedi matin dans la cathédrale de Naples le reliquaire sacré pour découvrir si, en présence du pape François, le sang coagulé de San Gennaro s'est miraculeusement liquéfié. San Gennaro, saint Janvier en français, est né vers la fin du troisième siècle apr. J.-C. Devenu évêque de Bénévent, il fut décapité sur ordre de l'empereur romain Dioclétien, non sans avoir accompli plusieurs miracles avant de perdre la tête. Des fidèles recueillirent alors dans deux ampoules un peu de son sang coagulé. La première liquéfaction miraculeuse du sang sacré remonte au début du IVe siècle. Depuis, les Napolitains, qui ont fait de San Gennaro le saint patron de leur ville, ne cessent de vénérer la relique. Trois fois par an - le samedi précédant le premier dimanche de mai, le 19 septembre et le 16 décembre -, le reliquaire contenant les deux ampoules est objet d'une ostention devant des milliers de fidèles réunis dans une pagaille toute napolitaine. Le plus souvent, le miracle s'accomplit, et plus le sang devient inexplicablement liquide - au point de sembler parfois bouillir -, meilleurs sont les présages pour la cité parthénopéenne. Parfois, ça ne marche pas et c'est très mauvais signe. Ce fut le cas en 1973, l'année de l'épidémie de choléra à Naples. Légende populaire Au cours des siècles, des ostensions furent organisées hors des dates canoniques pour honorer des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant