Italie : Daniela Poggiali, l'infirmière diabolique

le
0
Daniela Poggiali, 42 ans, a pu agir sans être inquiétée malgré les soupçons qui se sont accumulés contre elle.
Daniela Poggiali, 42 ans, a pu agir sans être inquiétée malgré les soupçons qui se sont accumulés contre elle.

Lorsque les carabiniers l'ont arrêtée le 9 octobre à son domicile de Forli, Daniela Poggiali est restée de marbre. Une froideur qui ne l'abandonnait pas lorsque, selon l'accusation, l'infirmière de 42 ans emplissait de poison les perfusions des patients dont elle avait la responsabilité. C'est le 9 avril que Daniela Poggiali a prié les parents de Rosa Calderoni de la laisser seule avec la vieille dame âgée de 78 ans dans la chambre de l'hôpital de Forli. "En rentrant plus tard dans la chambre, a raconté la fille de la patiente, j'ai vu que l'infirmière avait installé une perfusion à ma mère. Un quart d'heure plus tard, maman était morte." Une mort suspecte qui a alerté les enquêteurs, car rien ne laissait prévoir un décès rapide de Rosa Calderoni. Pour le parquet de Ravenne, il n'y a aucun doute : Daniela Poggiali a injecté une dose mortelle de chlorure de potassium à la vieille dame. Des soupçons sans effet Mais cet assassinat pourrait n'être que la pointe de l'iceberg de la folie homicide de l'infirmière de Forli. Depuis plusieurs mois en effet, le taux de mortalité dans le service de gériatrie de l'hôpital avait grimpé en flèche. Or, vingt-six de ces décès se sont produits dans le service où travaillait Daniela Poggiali, et douze dans des services voisins où elle pouvait être appelée à intervenir. Une première enquête interne de l'hôpital avait été ouverte en mars dernier à la suite de trois morts suspectes en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant