Israël : une bavure militaire qui fragilise Netanyahou

le
0
Des soldats israéliens de Tsahal priant à Jérusalem (illustration).
Des soldats israéliens de Tsahal priant à Jérusalem (illustration).

Héros pour la droite et l'extrême droite. Meurtrier pour la police militaire. En tout cas, ce soldat est sous les verrous. Il a été filmé jeudi dernier à Hébron achevant d'une balle un assaillant palestinien gisant sur le sol après avoir blessé au couteau un militaire. Sur place, un officier a immédiatement informé ses supérieurs que le soldat avait enfreint les ordres. Quelques heures plus tard, la police militaire l'arrêtait. Il est soupçonné de meurtre. Immédiatement avertis, le ministre de la Défense et le porte-parole de l'armée ont condamné son geste, déclarant que c'était contraire à l'éthique de Tsahal. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a suivi en affirmant que cet incident grave « ne reflétait pas les valeurs de l'armée ». Des commentateurs ont expliqué qu'il s'agissait de réagir très vite pour éviter un nouveau scandale international.

Mais voilà, à l'étranger, les médias étaient occupés par d'autres événements bien plus importants : le terrorisme en Europe, la reconquête de Palmyre, sans parler du week-end pascal. C'est donc en Israël que le scandale a éclaté. L'extrême droite est montée au créneau, exigeant l'annulation de l'accusation de meurtre. Très vite, le public a suivi. En témoigne ce sondage, publié 48 heures plus tard par une chaîne de télévision : 57 % des personnes interrogées désapprouvaient la décision de l'armée d'arrêter le militaire et de procéder à une enquête ;...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant