Israël-Palestine : le coup d'épée dans l'eau de la France

le
1
En l'absence des deux principaux protagonistes du conflit, la conférence de paix organisée par la France perd beaucoup de son intérêt. 
En l'absence des deux principaux protagonistes du conflit, la conférence de paix organisée par la France perd beaucoup de son intérêt. 

Une nouvelle « affaire Dreyfus », une « imposture » ou encore une « illusion très néfaste ». Israël n'a pas eu de mots assez durs pour qualifier la conférence de paix sur le conflit israélo-palestinien. Maintes fois reportée, elle sera pourtant bel et bien organisée ce dimanche à Paris. Sur le papier, le tableau est impressionnant : 75 pays, une quarantaine de ministres des Affaires étrangères, dont le secrétaire d'État américain John Kerry, et des organisations internationales telles que l'ONU, la Ligue arabe ou l'Organisation de la conférence islamique (OCI). Avec une seule idée en tête : rappeler que la solution à deux États, Israël et la Palestine vivant côte à côte en sécurité, est la seule viable.

« Il y a urgence, car beaucoup estiment que la solution à deux États apparaît aujourd'hui comme irréaliste », confie un diplomate français. En effet, plus de 400 000 Israéliens peuplent aujourd'hui des colonies en Cisjordanie, pourtant considérées comme illégales, selon le droit international. La poursuite tous azimuts de la colonisation, additionnée à la volonté de l'exécutif de légaliser les avant-postes « sauvages » en territoire palestinien, illégaux au regard du droit israélien, anéantit sur le terrain tout hypothétique État palestinien futur.

Face à l'absence de toute perspective, Israël est en proie depuis l'automne 2015 à une nouvelle vague d'attaques...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le vendredi 13 jan 2017 à 17:17

    netaniaou humilie son admirateur de l'Elysée