Israël-Gaza - Le journal de guerre de Danièle Kriegel (14) : deuil

le
0
Des soldats israéliens à la frontière avec Gaza, le 2 août.
Des soldats israéliens à la frontière avec Gaza, le 2 août.

Jérusalem, dimanche matin, 27e jour de guerre.

Samedi soir, 20 h 30, Kfar Saba : toute la famille Goldin est sortie de chez elle pour une conférence de presse diffusée en direct sur toutes les télévisions et les radios. C'est le père, Simha, qui prend la parole le premier. Déterminé, il déclare : "J'ai commandé un bataillon. J'ai été réserviste jusqu'à l'âge de 50 ans. Je ne peux imaginer que l'armée abandonne un de ses soldats. Mon chef au commandement nord était Benny Ganz [l'actuel chef d'état-major] et je sais qu'il ne donnera jamais l'ordre de se retirer d'un endroit, quel qu'il soit, en laissant derrière lui un combattant." La mère d'Hadar ajoute : "Je demande à l'État d'Israël de ne pas quitter Gaza avant d'avoir ramené mon garçon à la maison. Hadar est le frère jumeau de Zur. Sa moitié. Ils se battent tous les deux à Gaza. Je demande à l'État d'Israël de ne pas abandonner Hadar, ni aucun enfant parti se battre pour la défense d'Israël."

Plus tard dans la nuit, le général Orna Barbivai - elle dirige le département du personnel de l'armée - et l'aumônier militaire, le général de brigade Rafi Peretz, frappent à la porte des Goldin. Ils sont accompagnés du ministre de la Défense Moshe Ya'alon - un cousin de Simha Goldin. Tous trois sont là pour annoncer la mort d'Hadar. Une décision basée sur des preuves médico-légales trouvées, dans un tunnel, sur le lieu de l'attaque au cours de laquelle le jeune sous-lieutenant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant