ISR : une boussole pour vos placements

le
0
Cybersécurité et big data, déontologie et fiscalité, actifs bloqués, fournisseurs : les investisseurs responsables s'intéressent à de nouveaux concepts pour détecter les risques dans les entreprises. (© DR)
Cybersécurité et big data, déontologie et fiscalité, actifs bloqués, fournisseurs : les investisseurs responsables s'intéressent à de nouveaux concepts pour détecter les risques dans les entreprises. (© DR)

Examiner la composition et l’organisation du con­seil d’administration, se pencher sur les mécanis­mes de rémunération des dirigeants ou évaluer la sensibilité de la rentabilité au risque environnemental. Ces attentions ne sont plus aujourd’hui le monopole de l’investissement responsable. Au nom de l’efficacité, gouvernance et environnement, deux des trois piliers de l’ISR, sont même désormais pris en compte comme sources de performance par une grande majorité des investisseurs de conviction.

Un outil de compréhension

L’ISR se serait-il enfin débarrassé de cette dimension morale qui l’expose aux critiques ? Pas encore. Comme le résume un gérant français, la «fonction première d’un investissement est de rapporter de l’argent. Pas de sauver la planète». Or, cette opinion est si réductrice qu’elle manque l’essentiel : l’ISR n’est pas pour les investisseurs le fruit d’une conviction citoyenne ou politi­que, mais un outil d’exploration et de compréhension des risques.

Se priver de cette boussole revient à arpenter un sentier de montagne sans équipements adéquats. Ces dernières années, la méthode a prouvé sa pertinence. Dans le secteur des énergies fossiles, l’exemple des «actifs bloqués» est particulièrement éclairant.

Certaines faiblesses seront pénalisées en Bourse

Comprendre dès aujourd’hui quels sont les prochains champs d’attention des investisseurs

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant