Irak : Obama planche sur ses "options"

le
1
Barack Obama a averti vendredi qu'il ne fallait pas s'attendre à une action américaine en Irak du jour au lendemain.
Barack Obama a averti vendredi qu'il ne fallait pas s'attendre à une action américaine en Irak du jour au lendemain.

Pas de troupes au sol mais un "éventail d'options". Face à l'offensive des djihadistes en Irak, Barack Obama a annoncé ce vendredi qu'il trancherait dans les jours à venir, tout en réclamant un véritable dialogue politique sur place. "Nous ne renverrons pas de troupes américaines au combat en Irak", a confirmé vendredi le président des États-Unis lors d'une déclaration depuis la Maison-Blanche, rappelant les "sacrifices extraordinaires" de troupes américaines dans ce pays. Le dernier soldat américain a quitté l'Irak en décembre 2011 au terme d'un très lourd engagement militaire de plus de huit ans. Le président n'a donné aucune indication sur d'éventuelles frappes aériennes, réclamées par nombre d'élus républicains. Les combattants de l'EIIL avançaient jeudi vers la capitale Bagdad après s'être emparés de larges territoires du Nord-Ouest profitant de la débandade des forces de sécurité. "Cela représente un danger pour l'Irak et son peuple, et, étant donné la nature de ces terroristes, cela pourrait, à terme, menacer également les intérêts américains", a souligné Obama.Vendredi, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a affirmé que l'armée avait commencé à "nettoyer" certaines villes des djihadistes. S'il a reconnu que la situation sur le terrain évoluait très rapidement, le président américain a averti qu'il ne fallait pas s'attendre à une action américaine "du jour au lendemain" et que le processus de décision...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le samedi 14 juin 2014 à 12:10

    kiev = cia = assassin https://twitter.com/Hooli_Gan/status/477226052746760192