Irak : le pied de nez de Téhéran à Obama

le
0
Hassan Rohani entend bien tirer avantage de la situation en Irak.
Hassan Rohani entend bien tirer avantage de la situation en Irak.

L'Iran ne lancera pas d'opération militaire en Irak contre les djihadistes, mais est prêt à apporter son aide au gouvernement allié de Bagdad, a affirmé samedi le président iranien Hassan Rohani. "L'intervention des forces iraniennes n'a pas été discutée" avec le gouvernement du Premier ministre Nouri al-Maliki, a déclaré le président iranien lors d'une conférence de presse. Les insurgés sunnites de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont lancé une offensive fulgurante, s'emparant de nombreux territoires dans le nord et l'est du pays et étaient à moins de 100 km de Bagdad. "Il n'y a pas eu de cas depuis la Révolution islamique où nos forces ont lancé une opération dans un pays étranger", a souligné le président iranien. "Il est possible que nous ayons donné des conseils pour combattre le terrorisme", a-t-il toutefois ajouté, soulignant qu'il y avait "une différence entre aider et intervenir". L'Iran, principal allié régional de Bachar el-Assad, dit soutenir le régime syrien en fournissant des renseignements, du matériel et des conseillers militaires mais dément les accusations des rebelles selon lesquelles Téhéran envoie également des troupes pour les combattre. Malgré ces démentis, les médias iraniens font parfois état de la mort d'Iraniens s'étant portés volontaires pour aller combattre en Syrie. L'Iran n'a pour l'instant reçu "aucune demande spécifique" de la part de l'Irak pour lutter contre les djihadistes, a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant