Irak : la grande roue de Bagdad

le
0
Un parc d'attractions à Bagdad (photo d'illustration).
Un parc d'attractions à Bagdad (photo d'illustration).

Tout est en place : la grande roue, le manège des petits chevaux, les montagnes russes, les autos tamponneuses. Les familles arrivent aussi comme tous les vendredis, jour de congé, avec des hommes en tee-shirt poussant des landaus roses et des femmes vêtues de noir ou parfois d'un imperméable clair par 45 °C. Tout est là, mais quelque chose cloche. Rien ne fonctionne. En ces temps de rationnement de l'électricité, Bagdad attend la fin de la journée pour mettre en route son parc d'attractions al-Zaouraa, l'unique centre de loisirs de la région.

Mais qu'importe. La vue du gazon, des barbes à papa, des cornets de glace et des ours en peluche suffit à enchanter les visiteurs. "Nous arrivons ici à 8 h 30 et y restons toute la journée, dit Maher Hussein, 48 ans, venu avec sa femme et ses quatre enfants. C'est le seul moment où on oublie notre quartier et les informations tragiques de la télévision. Là où nous vivons, nous avons maintenant peur de notre voisin. Ici, il n'y a jamais eu d'attentats."

Les sourires s'affichent, mais les exactions de l'État islamique au nord et à l'ouest du pays ont réduit la fréquentation du parc. "Beaucoup de gens restent cloîtrés chez eux et j'ai du mal à écouler mes amandes, dit Marouane, un petit vendeur. En 2005, je suis parti pendant quatre ans en Turquie pour fuir la guerre confessionnelle. J'y songe de nouveau. J'aimerais me réfugier en France, mais vous avez décidé de n'accueillir que les chrétiens...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant