Irak : la France aux abonnés absents

le
9
À l'issue d'un conseil restreint de défense réuni jeudi par François Hollande, la présidence de la République a fait part de sa préoccupation à la suite de l'offensive de l'EIIL en Irak.
À l'issue d'un conseil restreint de défense réuni jeudi par François Hollande, la présidence de la République a fait part de sa préoccupation à la suite de l'offensive de l'EIIL en Irak.

Longtemps en première ligne dans la lutte contre Bachar el-Assad en Syrie, la France frappe par son absence sur le dossier de l'Irak, après la spectaculaire offensive des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant en Irak (EIIL), qui se sont emparés de la semaine dernière d'importantes provinces du Nord. "Nous avons, en effet, été surpris. Personne ne s'attendait à ce que l'armée irakienne lâche prise aussi facilement", convient un diplomate français de haut rang. Sauf que la crise est potentiellement plus grave qu'en Syrie, en tout cas pour l'Occident. En contrôlant désormais le tiers de l'Irak, l'EIIL, qui possédait déjà une grande partie du nord et de l'est de la Syrie, a de fait effacé la frontière entre les deux pays, créant une sorte de "Djihadistan", d'où ils sont en mesure de lancer une attaque d'ampleur sur Bagdad. Un "pays" entièrement voué au djihad au coeur du Moyen-Orient, servant de terrain d'entraînement aux djihadistes du monde entier. De quoi faire frémir les pays de la région, comme l'Occident. La France "préoccupée" Pour lutter contre ce fléau, les États-Unis, qui se sont retirés d'Irak fin 2011 et qui n'ont aucune intention d'y retourner, ont déjà annoncé leur intention d'envoyer sur place 300 conseillers militaires. Objectif : "entraîner, assister et soutenir" l'armée irakienne dans sa lutte contre les "terroristes". À la pointe du combat contre les djihadistes, notamment au Mali, la France...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 23 juin 2014 à 13:35

    Qu'est-ce qu'on irait faire là-bas? Torcher le Q sale des USA?

  • fbordach le lundi 23 juin 2014 à 07:44

    Laurent, réveille toi...

  • idem12 le lundi 23 juin 2014 à 07:00

    Et vous PzKpfw ? à part critiquer, quelles sont vos analyses approfondies ?

  • lenip le lundi 23 juin 2014 à 06:13

    qu on commence par s occuper de notre pays !!!!!!mais il prefere les arabes !!!!! alors qu il y aille et qu il laisse les rennes a un mec capable !!!!!

  • fbordach le dimanche 22 juin 2014 à 20:05

    Le gouvernement a tellement joué les mauvais chevaux jusque là qu'il préfère éviter de soutenir un camp contre l'autre... Il est vrai que quand on fait du commerce avec la Saoudie et le Qatar, il vaut mieux être prudent sur un tel dossier. Et puis, ayant réduit les armées à la portion congrue les socialopithèques ne peuvent même plus agiter de baton, il n'y en a plus...

  • M4426670 le samedi 21 juin 2014 à 11:18

    Heureusement que la France "soit aux abonnés absents"! FH serait capable d'y envoyer des troupes!

  • PzKpfw le samedi 21 juin 2014 à 11:15

    On a élu un président dont le niveau intellectuel et culturel est égal à peu près au niveau des deux zozos en dessous de moi.Ne nous étonnons pas que le pays aille si mal avec des analyses si approfondies :-(

  • charleco le samedi 21 juin 2014 à 09:58

    En Irak, il s'agit d'une guerre de religions. Il vaut mieux ne pas s'en mêler.

  • M4896128 le samedi 21 juin 2014 à 09:54

    Déclarations diplomatiquement peu amènes envers l'Allemagne, la Russie et les Etats Unis. Le coq gaulois pensait mettre tout ce petit monde en coupe réglée (comme elle veut le faire à l'intérieur). Conséquence: la France est seule en Afrique, a été écartée des négociations sur l'Ukraine et n'est pas consultée sur le Moyen Orient (et connait un sentiment de révolte à l'intérieur). Le changement, c'est maintenant. On aide les pays qui font des efforts; on écoute les pays qui ont des résultats.