Iowa : l'heure de vérité pour Donald Trump et Hillary Clinton

le
1
Première étape du long marathon qu'est l'élection américaine pour Hillary Clinton et Donald Trump : les primaires à l'investiture commencent dans l'Iowa.
Première étape du long marathon qu'est l'élection américaine pour Hillary Clinton et Donald Trump : les primaires à l'investiture commencent dans l'Iowa.

Tous les quatre ans, c'est le même cirque. Chaque média passe beaucoup de temps à expliquer le processus du caucus que personne ne pige en dehors de l'Iowaien de souche. En résumé, ce soir, les électeurs se rendent à un mini-meeting politique dans un des 1 681 lieux désignés, gyms, sous-sols d'église..., et votent pour leur candidat après avoir discuté publiquement de ses mérites et écouté souvent les arguments de son représentant. Même s'il ne comprend pas tout, chaque Américain en revanche sait que l'Iowa joue un rôle crucial dans la sélection du candidat à l'investiture. Enfin, parfois.

Comment un État minuscule doté de plus de cochons que d'humains au mètre carré a-t-il pu jouer un rôle aussi important ? L'Iowa est devenu le premier État des primaires depuis 1972 et c'est le premier test de popularité pour les candidats. En 1976, Jimmy Carter, alors obscur gouverneur de Géorgie, a focalisé toute sa campagne sur ce petit État, y campant pratiquement pendant un an. Un coup de génie, car il a remporté le scrutin, ce qui l'a propulsé en tête de la course, jusqu'à l'investiture, puis la Maison-Blanche. Depuis, tous les candidats consacrent beaucoup de temps et d'argent à arpenter le moindre petit bled et à mettre en place une organisation de terrain. Certains vont jusqu'à visiter les 99 comtés.

L'élan de l'Iowa

C'est qu'une victoire dans l'Iowa donne un élan. Si le candidat gagne, il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    Le système électoral US est aussi simple que les règles du base-ball, jamais personne autre qu'un ricain né aux US n'a pu comprendre quoique ce soit.