Inondations : le concept de Paris Plages prend l'eau !

le
2
Les quais inondés à Paris. 
Les quais inondés à Paris. 

Paris s'est toujours crue plus forte que les autres villes de France. Partout sur le littoral, on démonte les empiétements sur les plages, on détruit les paillotes, on limite les constructions proches des bords de mer ou de rivières. On ne sait pas très bien si les arguments sécuritaires prédominent sur les arguments écologiques ou esthétiques, mais préfets et maires veillent à ces nouvelles réglementations.

Pas à Paris. Les deux derniers maires ont voulu s'approprier les quais de Seine. Au nom de la politique « autophobe » en vigueur depuis une quinzaine d'années, on dénigre les voies sur berges et les voitures qui les empruntent, au prétexte qu'il est tellement plus romantique et moderne d'y installer des boîtes de nuit, des bistrots, des baraques à frites, des équipements collectifs ou des traces contestables de l'art contemporain. Et l'on invite touristes et autochtones à se promener sur ces bords de Seine « enfin rendus aux piétons, aux deux-roues et aux flâneurs ». Moyennant quoi on a installé presque au niveau du fleuve une ribambelle de constructions qui viennent d'être emportées par les flots. Autrefois, quand le zouave du pont de l'Alma avait les mollets humides, il suffisait de fermer la voie Georges-Pompidou. Aujourd'hui, les dégâts se chiffrent en millions d'euros ! L'exploitant du Show Case, le night-club sis sous le pont Alexandre-III, parle d'un million d'euros nécessaires avant de rouvrir son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 5 juin 2016 à 17:51

    Une bonne leçon qui malheureusement va coûter aux assurances, donc à la collectivité. Maintenant qu'un assureur ait accepté un contrat avec une boutique au ras de l'eau...fallait-il que l'assureur soit stupide.

  • dbourge4 le dimanche 5 juin 2016 à 17:32

    Le concept de mise à disposition des quais aux piétons est bien mais il aurait fallu ne laisser s'installee que des initiatives à caractères ephemeres