Inhumation du bébé rom de Champlan : ce que l'on sait de l'affaire

le
0
Le cimetière de Champlan (Essonne). Maria Francesca a finalement été inhumée dans la commune voisine de Wissous.
Le cimetière de Champlan (Essonne). Maria Francesca a finalement été inhumée dans la commune voisine de Wissous.

Christian Leclerc, maire divers droite de Champlan, n'a pas su éteindre l'incendie. L'indignation gronde toujours après que ses services ont refusé qu'un nourrisson rom de deux mois et demi, mort le 26 décembre, soit enterré dans sa commune. La petite Maria Francesca a finalement été inhumée lundi à Wissous, à sept kilomètres de la ville où vivent ses parents, mais le dossier n'est pas clos. Le Défenseur des droits Jacques Toubon doit engager lundi des investigations pour faire la lumière sur l'affaire et le parquet d'Évry a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour discrimination.

Maria Francesca, née le 14 octobre dernier, a été victime de la mort subite du nourrisson dans la nuit du 25 au 26 décembre. À 5 heures du matin, sa mère Iléana se réveille pour lui donner le sein et la découvre froide, inanimée. Les secours emmènent l'enfant à l'hôpital de Corbeil-Essonnes, où son décès est prononcé. La famille vit à l'entrée de la commune, dans un campement illégal installé au bout des pistes de l'aéroport d'Orly. Iléana et son époux Marin ont deux garçons de 5 et 9 ans, scolarisés à Champlan. Ils ont perdu en Roumanie deux autres enfants. L'un de septicémie ; l'autre déjà de la mort subite du nourrisson.

Pas d'explication

Le 29 décembre, les pompes funèbres Lescarcelle de Corbeil-Essonnes sont contactées par l'Association de solidarité en Essonne avec les familles roumaines et roms (ASEFRR), qui suit la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant