Inde : deux femmes rappent contre le viol

le
0
Pankhuri Awasthi et Uppekha Jain, deux jeunes Indiennes originaires de Bombay, rappent pour dénoncer les violences faites aux femmes dans leur pays.
Pankhuri Awasthi et Uppekha Jain, deux jeunes Indiennes originaires de Bombay, rappent pour dénoncer les violences faites aux femmes dans leur pays.

Elles sont deux, filmées debout devant un mur. Elles sont indiennes, originaires de Bombay, et ont choisi de dénoncer face caméra le viol et la misogynie qui sévissent dans leur pays. Sans musique de fond, elles ont réalisé un clip de rap, intitulé "#RapAgainstRape", avec uniquement leurs paroles scandées en anglais et un bloc de feuilles sur lequel elles ont inscrit des hashtags : "misogynie", "viol", "foeticide", "hypocrisie", etc. Autant de mots qui traduisent les maux de la société indienne.

Véritable phénomène viral, la vidéo de Pankhuri Awasthi et Uppekha Jain, publiée avec leur nom de groupe BomBaebs, a déjà été vue plus de 300 000 fois. Elle commence par ce texte satirique : "Vous ne devez pas lire ceci. C'est un simple démenti. Cette vidéo peut être sujette à contradiction. La réalité des femmes en Inde, elle, n'est pas ambiguë." Le premier panneau de la vidéo finit ainsi : "Masculin, adjectif. Homme qui est assez évolué pour supporter cette vidéo."

"Ne reculez plus maintenant"

Rythmées, ciselées, les paroles des deux femmes claquent à l'oreille : "Nous sommes assimilés à une terre de viols / Mais ne nous sommes-nous jamais demandé comment cela avait pris forme ? / Ne reculez plus maintenant / Vous faites partie de cette culture / Des avocats qui tueront / Et des politiciens qui piétinent notre volonté / Et de tous ces vautours buveurs de sang."

La deuxième rappeuse continue : "Nous sommes une terre de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant