Inde : au Ladakh, le mystère des derniers Aryens

le
0
Les traits des Drokpas diffèrent de ceux des autres habitants de la vallée. Malgré les recherches entreprises, nul ne sait vraiment d'où ils viennent.
Les traits des Drokpas diffèrent de ceux des autres habitants de la vallée. Malgré les recherches entreprises, nul ne sait vraiment d'où ils viennent.

"Je suis une descendante des soldats d'Alexandre le Grand", lance Nima Amu, 30 ans. Sur un vieux réchaud, elle est en train de préparer le thé, dans un petit village himalayen accroché au flanc de la montagne, aux confins du Ladakh. Elle s'interrompt un instant, sa cuillère en suspens. Femme ronde à la peau blanche et aux cheveux châtain clair, ses yeux bleu-vert brillent d'une lueur d'amusement. "Ici, au village de Dha, nous sommes tous des Aryens, précise-t-elle. Il y a six autres villages aryens aux alentours, mais certains sont en territoire pakistanais." Satisfaite, Nima repart à ses fourneaux. Nima est un étrange trésor d'anthropologie. Elle appartient à la tribu des Drokpas, terme local dont l'orthographe connaît d'infinies variantes. Cette minorité de près de 4 000 membres a été préservée au cours des siècles par son isolement, son autarcie culturelle et ses mariages limités au clan. Les origines des Drokpas imbriquent imaginaire, hypothèses et réalité. Néanmoins, ces villageois ont acquis la renommée d'être de "purs" descendants des "Aryens". "Leur apparence physique a appuyé la théorie aryenne, devenue populaire dans la région", souligne M. Tashi Morup, journaliste local. Leurs traits proches du type caucasien sont loin des visages mongoloïdes d'origine tibétaine des bouddhistes du Ladakh. Les Drokpas sont "différents". Leur allure des grands jours, lors des festivals, est aux yeux des novices un spectacle unique. Avec...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant