Inde : 30 ans après Bhopal, un nouveau désastre annoncé ?

le
0
À Bhopal 30 ans après l'explosion de l'usine qui a tué 25 000 personnes, la zone n'a toujours pas été décontaminée.
À Bhopal 30 ans après l'explosion de l'usine qui a tué 25 000 personnes, la zone n'a toujours pas été décontaminée.

C'était il y a trente ans. Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, la ville de Bhopal, dans l'État du Madhya Pradesh, était le théâtre de l'un des pires désastres industriels au monde. Dans ce "Tchernobyl" à l'indienne, un gaz toxique s'échappait de l'usine de pesticides de la firme américaine Union Carbide, propriété actuelle de Dow Chemical. Quarante tonnes d'isocyanate de méthyle et autres particules chimiques enveloppèrent les quartiers pauvres de la ville. Les ruelles se transformèrent en un piège fatal, avec 3 500 personnes tuées au cours des premières heures, sur un total de 22 000 morts et d'un demi-million d'habitants empoisonnés. Aujourd'hui, la commémoration de la catastrophe réveille de profondes indignations : faiblesse des indemnisations versées aux victimes, légèreté des condamnations, absence d'assainissement de la zone contaminée... Après trois décennies, des procédures judiciaires sont encore en cours, la question des responsabilités ayant aussi tournée au désastre. L'ancienne usine de cinq hectares reste un site à l'abandon où des déchets toxiques ont été entreposés, comme une bombe à retardement écologique. L'Inde est-elle aujourd'hui mieux préparée ou l'environnement est-il sacrifié au nom de la croissance ? Depuis l'arrivée de Narendra Modi au pouvoir en mai dernier, l'Inde accélère le développement de son secteur industriel et de ses infrastructures, décuplant ses efforts pour attirer les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant