Incertitude sur le sort du cerveau présumé des attentats à Paris

le , mis à jour à 21:05
4
INCERTITUDE SUR LE COMMANDITAIRE PRÉSUMÉ DES ATTENTATS DE PARIS
INCERTITUDE SUR LE COMMANDITAIRE PRÉSUMÉ DES ATTENTATS DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les enquêteurs français n'ont pas encore pu déterminer si le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre se trouvait mercredi au nombre des suspects tués lors de l'assaut de Saint-Denis, au nord de Paris, a déclaré le procureur de la République de Paris.

Ni lui, ni Salah Abdeslam, recherché depuis les attentats qui ont fait 129 morts à Paris et aux abords du Stade de France, ne figurent parmi les huit personnes placées en garde à vue après cette opération, a précisé François Molins lors d'une conférence de presse.

Sept hommes et une femme étaient en garde à vue mercredi soir à la suite de l'opération de police qui s'est soldée par la mort d'au moins deux personnes dans les rangs des djihadistes présumés.

L'assaut, qui a débuté à 04h20 et duré plusieurs heures, visant aussi deux appartements mitoyens du premier, a d'abord permis aux forces de l'ordre d'interpeller trois hommes vers 04h45 dans l'appartement dans lequel ils étaient retranchés. L'un est blessé par balles au bras et aucun n'a été formellement identifié.

Deux autres hommes ont été appréhendés dans les gravats de l'immeuble. L'un d'entre eux est blessé.

Les trois derniers gardés à vue, interpellés en pleine rue, sont soupçonnés d'avoir joué un rôle dans la mise à disposition de l'appartement dit "conspiratif" de la rue Corbillon, à Saint-Denis.

Au nombre des tués figure vraisemblablement une femme qui s'est fait exploser mais "ce point devra être vérifié", a dit François Molins.

Dans un entretien au Figaro auquel il raconte le déroulement de l'opération, le directeur du Raid, Jean-Michel Fauvergue, parle sans laisser planer de doute d'une "femme (qui) s'est fait sauter toute seule dans l'appartement".

Selon une source proche du dossier, il s'agirait de la cousine d'Abdelhamid Abaaoud.

Le procureur a insisté sur la difficulté d'identifier les corps et même de les dénombrer mais aussi de recueillir des éléments sur place après une opération d'une extrême violence - plus de 5.000 munitions tirées par les forces de sécurité, un plancher effondré et un immeuble dont il a fallu étayer les parois.

Selon Jean-Michel Fauvergue, les djihadistes présumés retranchés dans l'appartement ont fait usage de grenades offensives contre les hommes du Raid et les échanges de tirs de tirs ont duré jusqu'au milieu de la matinée.

L'explosion de la charge portée par la kamikaze est à l'origine de la fragilisation du bâtiment et l'un des deux corps a été récupéré au deuxième étage, ajoute-t-il.

"Les constatations dans l'immeuble sont extrêmement délicates et à l'heure où je vous parle je ne suis pas en mesure de vous donner un bilan précis du nombre définitif et des identités des personnes décédées", a-t-il ajouté.

Tout laisse à penser que l'équipe de djihadistes présumés "neutralisée" mercredi matin "pouvait passer à l'acte", a-t-il toutefois précisé.

Avant lui, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait évoqué des "personnes qui auraient pu frapper de nouveau".

Ils projetaient un attentat dès jeudi dans le quartier d'affaires de La Défense, d'après une source proche du dossier.

Les autorités françaises ont reçu lundi en fin de journée un témoignage - validé par des vérifications téléphoniques et bancaires - faisant état de la présence du Belge Abdelhamid Abaaoud sur le territoire français, a dit François Molins.

Après de nombreuses vérifications, les enquêteurs estimaient que le "cerveau" présumé des attentats pouvait se trouver dans un appartement au troisième étage de l'immeuble de Saint-Denis qui a fait l'objet d'un assaut dans lequel cinq policiers ont été légèrement blessés.

(Chine Labbé, avec Emmanuel Jarry et Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frenchto le jeudi 19 nov 2015 à 09:38

    comment peut-on mettre un titre pareil?? le cerveau des attentats. Ces gens là sont à peine plus évolués que des animaux, ils ont la tête complètement en bouillie pleine de cafards, allons, allons

  • SuRaCtA le mercredi 18 nov 2015 à 22:56

    Il a pris du plomb dans le cerveau celui là, un peu trop tard mais mieux vaux tard que jamais..

  • delapor4 le mercredi 18 nov 2015 à 21:48

    Dans "Valeurs Actuelles" de demain jeudi 19 novembre : "la Syrie avait en 2013 la liste des djihadistes français opérant sur sol syrien et l’a proposée aux Français. Mais Manuel Valls, ministre de l'Intérieur de l'époque, l'a refusée". Valls doit donner sa démission!

  • gillesk6 le mercredi 18 nov 2015 à 21:22

    "cerveau" n'est pas le terme approprié dans ce cas.